cnrs maison de l'orient site numismatique

Méthodologie

Description du projet, méthodologie

Une réalité historique guide la collecte documentaire :
le monnayage de l’Empire romain est conservé au sein des grandes collections créées au XVIe siècle et sans cesse enrichies au cours du temps (ca. 90 % de la documentation) : Paris, Londres, Vienne, Berlin, Budapest, Milan, Oxford,… concentrent une documentation monétaire d’une richesse sans comparaison, mais presque toujours inédite.
Cette documentation primaire, cette source essentielle de l’histoire de l'Empire romain reste ainsi inaccessible à la recherche et au public - historiens, archéologues, spécialistes de l'histoire des religions et des idées, économistes, etc. - appelé à manier ce document indispensable. C’est là qu’il faut aller le chercher.

Le monnayage impérial romain est étudié sous ses deux aspects :


- le monnayage « central » de langue latine, piloté par une administration centralisée, émis par un réseau d'ateliers qui se densifie au IIIe siècle au plus près de son principal consommateur, l'armée romaine ;

- le monnayage « provincial » généralement de langue grecque, émis par une multiplicité de cités, dont le nombre d'ateliers explose au IIIe siècle aussi, et particulièrement sous les Sévères.

Le projet ANR couvre la préparation de ces deux corpus : corpus du monnayage impérial central
de la « crise du IIIe siècle » 268-295 AD (Partenaire 1. Sylviane Estiot, CNRS, resp.) ; monnayage provincial romain de la dynastie sévérienne 193-222 AD (Partenaire 2. Michel Amandry, BNF, resp.).

Le programme ANR se centrera sur trois points :

a) la collecte documentaire et ses options méthodologiques ;
b) le travail d'édition et d'élaboration scientifique ;
c) la mise à disposition de la communauté scientifique.