Hisoma maison orient site moneta

Corpus de référence et portail web

Révision du Roman Imperial Coinage (RIC)

Les compétences acquises par l’équipe Numismatique sur l’histoire monétaire du IIIe siècle expliquent que la refonte du volume correspondant du Roman Imperial Coinage, l’ouvrage de référence universel dans le domaine (RIC V.1) ait été proposée à S. Estiot par l’éditeur du Roman Imperial Coinage, la maison Spink de Londres et les responsables scientifiques de la collection, A. Burnett, M. Amandry, R. Bland. Les volumes RIC V.1 et RIC V.2, dûs à P.H. Webb en 1927 et en 1933, sont des plus anciens et des plus obsolètes de cette collections de référence. Les modalités de la révision du volume RIC V.1 ont été précisées dès 2008 : deux volumes, l’un sous la responsabilité de C. King (Oxford), l’autre sous celle de S. Estiot (CNRS, Hisoma) avec la collaboration de J. Mairat (maintenant conservateur des collections romaines à l’Ashmolean Museum, Oxford).

Un travail important a été réalisé depuis plusieurs années, à la fois dans la perspective d’une telle révision du RIC et dans celle des corpus BNCMER (voir supra) dans le cadre du programme ANR MONetA : des missions ont été faites pour collecter la documentation dans les « core collections », les collections de référence, choisies pour constituer le socle documentaire du corpus. La masse de données à collecter et à étudier « hors site » a contraint à repenser ab ovo l’organisation du travail et conduit à une modification complète des méthodes. L’acquisition des données se fait en équipe ; des protocoles de saisie ont été mis au point, avec le couplage d’une couverture numérique exhaustive des collections et la prise des références muséographiques sur une mini-base de données Access qui permet de visualiser immédiatement les photos numériques des monnaies concernées afin d’éviter tout risque d’erreur. La mise au point de scripts automatisés permet le retraitement des photos acquises en quelques dizaines de minutes pour plusieurs milliers de photos (détourage, mise à l’échelle, double fichier photos couleur et photos N&B).  

Sur ces mêmes principes de méthode, Th. Bardin collecte depuis trois ans la documentation monétaire correspondant à la période 238-253 AD (de la révolte des Gordiens à l’avènement de Valérien) sur laquelle porte sa thèse de doctorat : le Roman Imperial Coinage IV.3, qui porte sur cette période, date de 1949 et se trouve actuellement dépassé. Une étape de ce travail de corpus pourra être la préparation de la publications du fonds de la BnF (BNCMER IX), déjà numérisé par ses soins.

V. Drost poursuivra de Londres les travaux de révision du RIC VI entamés au sein d’HISOMA parallèlement à sa thèse sur le règne de Maxence et à l’étude de trésors monétaires du IVe siècle.
O. Lempereur est chargé pour sa part de la révision du volume RIC IV.1 (193-217 : de Pertinax à Caracalla), dont la première édition, par H. Mattingly et E. A. Sydenham, date de 1936. Ce projet d’envergure s’appuie sur l’étude préalable des monnaies de la période concernée qui sont conservées au Cabinet des médailles de la BnF. Cette reprise du RIC IV.1 permettra d’appréhender les frappes monétaires d’ateliers à la fois occidentaux (Rome, Lyon au temps de Clodius Albinus) et orientaux (Alexandrie, Antioche, Césarée, Laodicée, Émèse), permettant ainsi d’établir un pont entre l’étude des monnaies impériales et celles des monnaies provinciales, entre les « numismatiques d’Orient et d’Occident ».

 

 Portail web Monnaies de l’Empire Romain / Roman Imperial Coinage 268-276 AD

 La gestion, en vue du corpus RIC V.1 révisé, de ces milliers de données descriptives et des photos numériques correspondantes a nécessité le développement d’une base de données Access (prototype développé et base alimentée par J. Mairat, membre associé à l’équipe) permettant la numérotation automatique des items, l’extraction du catalogue en format Word « prêt-à-imprimer » au format typographique de la collection du RIC, le calcul immédiat des indices de rareté, la fabrication automatique des divers index ainsi que le montage automatisé des planches photos. Cette base de données est fonctionnelle : elle gère à l’heure actuelle plus de 4 500 entrées, ca. 100 000 items et plus de 80 000 photos numériques.

La première étape dans la révision de ce volume RIC a été la mise en ligne en février 2012 de la version on-line de cette révision du RIC V.1, un portail web numismatique bilingue français-anglais, interrogeable par requête indexée et en libre accès Monnaies de l’empire romain / Roman Imperial Coinage AD 268-276, comme le stipulait le cahier des charges du programme ANR MONetA (Monnaies, Ouvrages de référence, Net, Accès). Il a reçu (oct. 2014) plus de 35 000 consultations, 58 % des utilisateurs y reviennent plus d’une fois, la carte de répartition géographique indique des interrogations qui viennent d’à peu près le monde entier, la France ne comptant que pour 1/5 d’entre elles.


MER/RIC-Analytics (.pdf)