UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

LORIOL Romain

LORIOL Romain
Catégorie
Enseignant-chercheur
Coordonnées

Laboratoire HiSoMA
Maison de l'Orient et de la Méditerranée
7 rue Raulin - 69365 Lyon cedex 07
E-mail : romain.loriol[at]gmail[dot]com
Romain Loriol : academia.edu

Fonctions
  • Maître de conférences, Université Lyon III
  • Membre de l'Ecole française de Rome (2016-...)
  • Ater Lyon II (2015-2016)
  • Boursier de la Fondation Thiers (2014-2015)
  • Doctorant contractuel Lyon III (2011-2014)
Thèmes de recherche
  • Prodiges,  présages,  signes  divins :  enjeux historiques, anthropologiques, littéraires de la divination romaine.
  • Religion romaine et mutations religieuses dans l'Empire romain.
  • Historiographie grecque et latine impériale.
Thèse soutenue à HiSoMA

Lire et écrire les signes divins. Recherches sur la divination romaine à travers l'historiographie impériale.

Thèse en cours

Résumé de la thèse

La divination est à Rome l’instrument central du dialogue avec les dieux, et les sources témoignent de l’attention que les Romains portent aux signes divins sous la République et sous l’Empire, dans la pratique publique comme privée. Or, loin d’être une simple manifestation de crédulité, ou à l’inverse la coquille vide d’un ritualisme formel, la croyance aux signes divins a un caractère rationnel, attesté par l’existence à Rome de savoirs et de procédures divinatoires très élaborés. Cette rationalité est sensible dans un autre champ, qui n’a pas ou peu été exploré : les récits de signes. La narration d’un signe divin, telle qu’on en trouve en abondance chez les historiens impériaux, se présente sous la forme d’une description factuelle et sèche dont l’intérêt paraît limité. L’objectif de ce travail est de montrer au contraire que le récit de signes est une forme très riche qui traduit et met en œuvre la pensée divinatoire des Romains.

Un signe divin ne peut être reconnu, interprété, discuté qu’à condition d’avoir été verbalisé. Puisqu’un signe est toujours mis en mots, la posture d’un sénateur devant un prodige qui lui est annoncé, celle d’un simple particulier face à un présage et celle d’un lecteur vis-à-vis du signe qu’il lit ou entend raconter sont similaires : ils reconnaissent et interprètent un signe à partir de sa traduction verbale. Ce que l’étude du récit de signes éclaire alors, ce sont les enjeux de cette mise en mots et de sa réception : sur quels critères un phénomène était-il reconnu à Rome comme un signe ? Quels obstacles rencontrait ensuite son interprétation ? À quelles conditions un signe divin pouvait-il être chargé d’une signification politique, morale, voire d’un sous-texte comique ? Quelles sont enfin les potentialités esthétiques propres au récit de signes ? Il s’agit là de montrer, en déployant ces strates de sens et en dégageant la structure fonctionnelle d’un signe, comment il pouvait être construit et compris – de montrer, autrement dit, pourquoi la divination est un art de lire et d’écrire les signes divins.

Directeur de thèse

B. BUREAU

Date soutenance
Samedi, 2. Avril 2016
Année première inscription en thèse
2011-2012

Publications

Ouvrages

Lire et écrire les signes divins à Rome, BEFAR, Rome (en prép.)

En co-direction avec M. Ledentu, Penser en listes dans les monde grec et romain, Scripta antiqua, Bordeaux : Ausonius, 2019 (à par.)

En co-direction avec N. Lhostis & C. Sarrazanas, Discours antiques sur la tradition. Formes et fonctions de l'ancien chez les Anciens, CEROR 48, Lyon : CEROR, 2015.

Articles et contributions à des ouvrages collectifs

« Les émotions religieuses du Prince », dans Le prince ému. Le gouvernement des sentiments, d’Auguste aux Sévères, Cahier Mondes Anciens, 2019 (en prép.)

« Astrologie et autres pratiques divinatoires : essai de comparaison », dans Y. Berthelet, B. Rochette (éds.), Les astrologues dans l’entourage des empereurs romains, des Julio-Claudiens aux Sévères, Colloque international organisé à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Franz Cumont, Université de Liège, 20-21 juin 2018, Presses universitaires de Liège. (en prép.)

« Divine signs in ancient Rome. Or how to put the voice of the gods into words », dans S. Anthonioz, A. Mouton, D. Petit (éds.), When gods speak to men, Divine Speech according to Textual Sources in the Ancient Mediterranean Basin, Actes du colloque international de Lille, 14-15 juin 2018, OBO, Peeters (en prép.)

« Les présages dans la Vie de Sévère : une lecture ironique », dans G. Martin, S. Zinsli (éds.), Historiae Augustae Colloquium Turicense, XIV, Zürich (à par.)

« Comment lire une liste ? Pistes pour l’analyse des catalogues antiques », dans M. Ledentu, R. Loriol (éds.), Penser en listes dans les mondes grec et romain, Ausonius, coll. Scripta antiqua (à par.)

« Sons, prodiges et prémonitions à Rome. Ou comment un bruit devient signe », dans S. Emerit, S. Perrot, A. Vincent (éds.), De la cacophonie à la musique : la perception du son dans les sociétés antiques, Le Caire : Presse de l’IFAO (à par.)

« Sortition and Divination in Rome. Or: were the gods involved in casting lots? », dans L. Rabatel, Y. Sintomer (eds.), Sortition and Democracy. Practices, Instruments, Theories, Exeter : Imprint Academic (à par.)

« Les prodiges comme géographie sous Antonin le Pieux et Théodose. Sur une liste de l’Histoire Auguste (Vie d’Antonin 9, 1-5) », MEFRA, 129/2, 2017, p. 613-634. http://journals.openedition.org/mefra/460     

 « Stupeur et tremblements ? Les peurs des Romains devant les signes divins, sous la République et l’Empire », dans S. Coin-Longeray et D. Vallat (éds.), Peurs antiques, Saint-Etienne : PUSE, 2016, p. 213-228.

« Maîtriser le prodigieux : stratégies comparées de la communication sur l’extraordinaire, entre Rome antique et Rome catholique », MEI, 38, 2014, p. 55-66.

« Les sens du signe : l’herméneutique divinatoire dans l’historiographie latine d’époque impériale », Etudes Romanes de Brno, 35/1, 2014, p. 105-122.

 

Recensions

S. Ratti, L’Histoire Auguste. Les païens et les chrétiens dans l’Antiquité tardive, Paris : Belles Lettres, 2016, dans Anabases, 25, 2017, p. 298-301.  http://journals.openedition.org/anabases/6152

 Y. Berthelet, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir sous la République romaine et sous Auguste, Paris : Belles Lettres, 2015, dans L’Antiquité Classique, 86, 2017, p. 526-529. https://sites.uclouvain.be/antclas/AC_2017_cr/Loriol_Berthelet.pdf

M. Thomson, Studies in Historia Augusta, Bruxelles : Latomus, 337, 2012, dans Vita Latina, 189-190, 2014, p. 247-249.

 

Responsabilités scientifiques

2019  Co-organisateur de la journée d’étude Dieux en série ? Approches comparées des listes divines dans les religions antiques, Paris, EPHE, 28-29 nov. 2019. Avec C. Bonnet (Toulouse) et G. Pironti (EPHE).

 2019  Coordinateur du panel Des catégories dans le polythéisme romain : constitutions et reconstitutions, Congrès du GIS Religion, Lyon, 8-10 octobre 2019.

2018  Co-organisateur du Congrès du GIS Humanités, Lyon, 17-18-19 décembre 2018 : Etudier les humanités aujourd’hui. Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes. Avec B. Delignon (ENS de Lyon), G. van Heems (Lyon 2)

 2015-2018  Co-organisateur du projet Listes, catalogues et énumérations dans l’Antiquité, Université Lyon 3 et HiSoMA UMR 5189. Avec M. Ledentu (Lyon 3) : workshop (oct. 2015) ; deux rencontres internationales (1er volet : 30-31 août 2016 ; 2e volet : 2-3 février 2017).

2017  Co-organisateur de la table ronde L’histoire, une question de style ? Un regard réflexif sur les formes de l’écriture historique, EFR, Rome. Avec Florent Coste (EFR).

2017  Coordinateur du panel « Futurs dans le discours religieux », Zero Conference, European Academy of Religion, Bologne, 18-22 juin 2017.

2014-2017  Co-responsable du séminaire mensuel Approches et méthodes actuelles en Sciences de l’Antiquité : AMASA – Que faire avec… ?, HiSoMA UMR 5189, Lyon. Avec Nicolas Genis et Cécile Moulin (HiSoMA).

https://amasa.hypotheses.org/a-propos/presentation-du-seminaire-amasa :                                

2009-2012  Membre du Laboratoire junior Circulation et Transmission dans l’Antiquité (CITRA), ENS de Lyon. Journées d’études, colloque conclusif (16-17.11.2011) et publication du volume, CEROR 48, Lyon, 2015.

http://www.hisoma.mom.fr/production-scientifique/publications/discours-antique-sur-la-tradition

 

Mots clés

Signes (prodiges, présages, omina, songes, monstres, etc.) ; divination ; écrire, lire, interpréter le signe divin ; historiographie latine et grecque impériale ; paganisme et christianisme

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon