UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Bourse HiSoMA

Créée en 2019, la bourse HiSoMA s’adresse à des doctorants et des postdoctorants étrangers ayant soutenu leur thèse après 2015, n’ayant jamais été inscrits dans un établissement français et ne présentant aucun rattachement ou lien avec une université ou une institution françaises. Ils doivent impérativement présenter un projet de recherche lié aux activités d’HiSoMA (dossier à présenter détaillé infra). La bourse HiSoMA a pour vocation de financer un séjour de recherche d’un mois à Lyon. Ce séjour est fixé au mois de mars de chaque année. Le laboratoire prendra en charge les frais de voyage et d'hébergement à Lyon dans la limite de 1200 euros, ainsi qu'une somme forfaitaire de 600€ pour les repas.

Dossier de candidature

Les candidats doivent envoyer par voie électronique un dossier unique rédigé en français ou en anglais comprenant les 3 documents suivants :
• document 1 : curriculum vitae académique, mentionnant les publications éventuelles (2 pages maximum)
• document 2 : description du projet de recherche en français ou en anglais (maximum 9000 signes espaces compris). Ce dernier doit être en lien avec l’un des programmes du laboratoire (voir sur le site), ou plus largement ses domaines de recherche
• document 3 : lettre de recommandation du directeur de thèse ou d’un spécialiste du domaine de recherche

Les dossiers de candidature doivent être adressés simultanément aux 3 contacts suivants :
• référent de la bourse HiSoMA : pascale.jouanna[at]univ-lyon3[dot]fr
• secrétariat de direction du laboratoire : aurore.bereziat[at]univ-lyon2[dot]fr
• direction du laboratoire : direction.hisoma[at]mom[dot]fr

Processus de sélection et attribution de la bourse HiSoMA

La bourse est attribuée par un jury composé des membres du comité scientifique d’HiSoMA (direction et responsables des 4 axes de recherche), du membre référent de la bourse, d’un·e chercheur extérieur au laboratoire, d’un·e doctorant et d’un post-doctorant du laboratoire et d’un membre du service de Relations Internationales de l’une des tutelles du laboratoire. La sélection opérée par le jury en vue de l’attribution de la bourse se fait sur la base de deux critères : la qualité du projet présenté et l’intégration dans les programmes du laboratoire. 

Lauréat 2021

Richard Rush est actuellement doctorant à l'Université de Californie, Riverside (États-Unis). Sa thèse, consacrée aux "Paysages des bords du Rhône au Ve siècle", propose une approche originale qui emprunte à l'archéologie du paysage et aux études littéraires. En effet, il prend en compte à la fois l’étude des principaux sites identifiés sur les bords du Rhône et l’étude des sources textuelles (littéraires et épigraphiques) qui décrivent les paysages rhodaniens du Ve siècle. En croisant les sources archéologiques et littéraires, il tente de déterminer, d’une part, les caractéristiques et les fonctions de ces représentations et, d’autre part, le rapport personnel que les auteurs tardo-antiques entretenaient avec les paysages qu’ils décrivent.

Pendant son séjour à Lyon en juin 2021, Richard profitera de la Bourse HiSoMA pour se rendre sur plusieurs sites afin de confronter la géographie locale de Lyon et ses environs, avec les études archéologiques et les descriptions de Sidoine Apollinaire, d’Avit de Vienne et de l’auteur carolingien de la Vie d’Apollinaire de Valence.

Richard Rush is currently a doctoral candidate at the University of California, Riverside (United States of America). In his dissertation, “Landscapes along the Fifth-Century Rhône,” he argues that the literary use of a landscape cannot be separated from the author’s experience of that landscape. Richard uses Latin authors who lived along the Rhône during the long fifth century to explore how reading their texts in conjunction with an analysis of the landscapes evoked therein can deepen our understanding of the authors’ lived experiences. This dissertation requires close engagement with both the literary works of fifth-century Gallic authors and what remains of the fifth-century landscape.
While in Lyon, Richard will analyze the local geography’s relationship to the works of Sidonius Apollinaris, Avitus of Vienne, and the “Life of Apollinaris of Valence,” as well as the fifth-century archeology of Lyon and its environs.

Lauréat 2020

 James Lloyd a récemment terminé un doctorat financé par le Arts and Humanities Research Councilde l’Université de Reading (Royaume-Uni) sur le rôle de la musique dans la cité antique de Sparte. Développant une section de sa thèse sur la régulation de la musique à Sparte, il travaillera pendant son séjour à Lyon sur un projet intitulé « La réglementation des pratiques musicales et poétiques dans le monde antique : une analyse comparative ».

En traitant la réglementation de la performance comme un contrôle des personnes et de l'identité, plutôt que comme un enjeu esthétique, ce projet vise à aborder de façon plus complexe la manière dont la théorie de l'ethos musical informe notre compréhension de la musique grecque et romaine, et à mieux comprendre la sociologie de la musique ancienne. On soumettra à l’examen différents types de sources, depuis les textes historiques, poétiques, papyrologiques et épigraphiques jusqu’aux médias visuels, aux instruments de musique et aux comparaisons musicologiques, et on se concentrera sur la syndicalisation historique des musiciens, la réglementation des prix et les lois du travail, enfin les réponses à la musique sous des régimes autoritaires.

James Lloyd has recently completed an Arts and Humanities Research Council funded PhD at the University of Reading (United Kingdom) on the role of music in the ancient Greek city of Sparta. Expanding on a section of his thesis on the regulation of music in Sparta, during his time in Lyon he will work on a project titled « The Regulation of Music and Poetry in the Ancient World: a comparative analysis ». By treating the regulation of performance as a policing of people and identity, rather than of aesthetics, this project aims to complicate the ways in which musical ethos theory informs our understanding of Greek and Roman music, and to better understand the sociology of ancient music. Multimedia sources will be critiqued, ranging from historical, poetic, and papyrological and epigraphic texts, to visual media, musical instruments, and musicological comparisons, focusing on the historical unionisation of musicians, price regulations and labour laws, and responses to music under authoritarian regimes. Feedback juin 2020 (.pdf)

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon