UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

[Projet scientifique Axe D | Édition de sources et de corpus textuels | Épigraphie]

Corpus d’épigraphie thébaine (CETh)

Porteur scientifique
Lilian Postel, PR Lyon 2

Partenaire institutionnel extérieur
IFAO (Le Caire)

Résumé du projet
Le Corpus d’épigraphie thébaine (CETh) est un programme pluriannuel de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), codirigé par Lilian Postel (HiSoMA) et Andrea Pillon (IFAO) depuis 2019. Ce projet vise à rassembler les monuments inscrits de la Première Période intermédiaire et du début du Moyen Empire (2200-1900) produits dans la région de Thèbes au sein d’un corpus thématique édité, au moins en partie, au format numérique. Il s’inscrit à la fois dans la tradition d’édition de corpus textuel de l’IFAO et du laboratoire HiSoMA et dans l’ouverture vers les technologies de l’édition numérique.

Il s’agit de rendre largement accessible la documentation disponible en proposant une grille d’analyse qui conjugue les approches philologique, épigraphique, stylistique, iconographique, technique et archéologique et qui considère l’inscription non seulement pour son contenu, mais aussi pour la matérialité des signes, du support et du décor associé, ainsi que pour son contexte (production, utilisation, découverte). Le CETh s’inscrit dans une perspective historique et a pour objectif de parvenir à une meilleure identification des ateliers de production gravitant autour du pouvoir thébain de la XIe dynastie dans l’ensemble de la Haute-Égypte et à une datation fine de leur production. L’hégémonie politique de Thèbes s’est traduite par un rayonnement qui s’est exercé aussi bien en direction du nord que du sud, avec la mise en place d’un appareil administratif aux structures encore peu étudiées et l’exportation dans les différents centres régionaux de monuments répondant aux canons d’un art « officiel ». Puisant son origine dans des traditions en partie empruntées à d’autres villes (Dendara par exemple), il a agrégé graduellement diverses influences et a à son tour essaimé dans le royaume au gré des succès militaires et politiques des rois de la XIe dynastie. C’est donc un ensemble complexe d’échanges multilatéraux, politiques et artistiques qui se dessine à travers ces monuments inscrits.

Types d'opérations
Depuis 2017, plusieurs missions au musée du Caire, au Griffith Institute d’Oxford et dans divers musées des États-Unis ont été consacrées à des recherches documentaires. La documentation iconographique est en cours de constitution (photographies, fac-similés). Plusieurs volumes thématiques sont en préparation par Andrea Pillon et Lilian Postel (monuments thébains de la XIe dynastie, matériel épigraphique de Gébélein/Rizeiqat et de Dendara) et un programme éditorial reposant sur une collaboration avec divers collègues et institutions est en cours d’élaboration. Un colloque international « Montouhotep II et le début du Moyen Empire : de l’archéologie du texte à l’histoire » réunira à terme les acteurs de la recherche sur cette période et proposera un bilan des connaissances actuelles à partir des apports croisés de l’archéologie et de l’épigraphie.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon