UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Supplementum Epigraphicum Creticum numérique (e-SEC)

Responsable : Alcorac Alonso Déniz

Bases de statues inscrites du prétoire de Gortyne (24 mai 2019)

Bases de statues inscrites du prétoire de Gortyne (24 mai 2019 © A. Alonso Déniz)

Le projet du Supplementum Epigraphicum Creticum numérique (e-SEC) a comme but l’édition des inscriptions crétoises en grec alphabétique qui ne sont pas incluses dans le corpus Inscriptiones Creticae, édité en quatre volumes par Margherita Guarducci entre 1935 et 1950.

Grâce aux travaux archéologiques des trois Éphories d’Antiquités crétoises (Héraklion, Lasithí et Chaniá), de l’Université de Crète, ainsi qu’aux missions des écoles italienne, française et britannique, environ 900 nouveaux documents alphabétiques sont apparus depuis 1950 en Crète.
L’information historique de plusieurs sites antiques s’est enrichie avec les découvertes épigraphiques. On peut mentionner notamment le sanctuaire de l’Idaion, et les cités de Chersonèsos, Itanos, Arkadès et Lappa. De nouveaux documents sont également apparus dans d’autres localités qui étaient inconnues ou peu connues dans la première partie du XXe siècle. C’est le cas du site de Kavousi, près de Hierapytna, du sanctuaire d’Hermès et d’Aphrodite à Symi, près de Biannos, le sanctuaire de Kommos, le territoire des Sisaioi, le sanctuaire d’Asklépios et Hygieia à Lissos, et du site de Chamalevri, à l’est de Rhéthymno. Depuis 1950, les corpora thématiques de la région se sont aussi multipliés : inscriptions chrétiennes, documents en dialecte dorien, traités entre cités crétoises, épigrammes de l’époque hellénistique et lamelles orphiques, entre autres. Il existe anfin un nombre important de textes inédits aujourd’hui conservés dans les Musées ou Collections Archéologiques de Siteia, d’Agios Nikolaos, d’Hérakleion, de Rhéthymno, de La Canée et de Kisamos. Il faut aussi intégrer toutes les inscriptions crétoises d’origine indéterminée que Margherita Guarducci n’a jamais publiées. e-SEC se veut une continuation et un aboutissement de tous ces travaux partiels.

Stèle funéraire de Chérestratè de Cnossos. Musée archéologique national d’Athènes (25 mai 2017 © A. Alonso Déniz)

L’e-SEC est conçu en cinq parties. Les quatre premières contiennent les inscriptions par sites antiques, distribuées géographiquement de l’est à l’ouest et dans quatre grandes régions qui correspondent aux préfectures actuelles de l’île : Lasithí, Héraklion, Réthymno et Chaniá. La cinquième partie rassemble les inscriptions d’origine indéterminée. Une base de données relationnelle compile toutes les informations disponibles sur ces inscriptions qui sont encore aujourd’hui sont publiées de manière dispersée.

Stèle funéraire de Ktèsôn (réalisation d’estampage).
Musée archéologique d’Héraklion
(14 mai 2018 © A. Alonso Déniz)

Magasin du musée archéologique d’Héraklion

Magasin du Musée archéologique d’Héraklion (10 mai 2017 © A. Alonso Déniz)

Le projet adopte les deux standards acceptés par la communauté scientifique pour l’édition épigraphique numérique : l’initiative d’encodage des textes (TEI), d’une part, et les recommandations ecdotiques établies par le consortium EpiDoc, d’autre part.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon