UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Axe A9 : Savoirs médicaux

Coordination Lyon 2 – Saint-Étienne

Mandragore

Ce programme s'inscrit dans la continuité et l'élargissement des travaux réalisés au cours du quadriennal 2007-2010 tout en s'intégrant dans l'axe A du nouveau quinquennal de la Recherche mis en place par l'Université Lumière Lyon 2. Il existe une longue tradition, qui reste très vivante, à Lyon et à Saint-Étienne, sur les textes scientifiques et techniques, grâce à la présence, dans le laboratoire HiSoMA, de spécialistes de renommée nationale et internationale.

Les thématiques retenues visent à un triple objectif :
1. Rendre accessibles à la communauté scientifique internationale des textes qui constituent des chaînons importants dans l'histoire des savoirs médicaux et qui, pour certains, paraîtront pour la première fois en traduction, avec commentaire.

2. Identifier les maladies de l'Antiquité d'après leurs dénominations et leurs descriptions, pour enrichir le domaine de l'histoire de la médecine.

3. Associer données textuelles et données archéologiques, en constituant, sous forme de bases de données, un inventaire des instruments chirurgicaux (dénominations, représentations, fonctions).

Les recherches s’organiseront donc autour de trois grandes thématiques :
1. Édition, traduction, commentaire de textes médicaux : textes de la tradition galénique, grecque ou latine, textes médicaux spécialisés en gynécologie, oculistique, hippiatrie.

2. Pathologies et thérapies : maladies et infections de la peau ; maladies pestilentielles ; pigments à usage thérapeutique.

3. Les instruments médicaux : Instrumentum medicum, lexique des noms latins et des pratiques médicales associées ; inventaire des objets chirurgicaux grecs ; base de données.

Partenariats institutionnels
Université de Reims Champagne-Ardenne ; Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne ; Université de Messine ; École nationale vétérinaire d'Alfort.

------------------------------

Atelier 2015 

Comprendre et commenter des textes techniques : les textes médicaux sur le métier, contexte archéologique et approches linguistiques 

* Jeudi 28 mai - 14h-16h30
Marc Dietrich avec Isabelle Boehm

Muriel Labonnelie-Pardon présentera "l'ophtalmologie" à Lugdunum pour nous soumettre les inscriptions d'un cachet à collyres inédit exhumé à Lyon en mars dernier.

Divna Stevanovic-Soleil, spécialiste des textes médicaux grecs et a soutenu une thèse à l’université de Montpellier 3 sur cholos et cholè dans la Collection Hippocratique, proposera une piste de réflexion sur un de ses nouveaux chantiers en cours, autour de la notion d’ »humeur » dans la Collection hippocratique, à partir d’observations sur les emplois de « idea ».

Nicolas Redoutey exposera réflexions et problèmes posés par une approche linguistique de la « langue »  des cachets à collyres gallo-romains : a-t-on là un témoignage de latin « vulgaire » ?   Peut-on en tirer des éléments d’information sur le statut social des « rédacteurs » et / ou utilisateurs de ces cachets ?

* Vendredi 29 mai - 14h-16h30
Marc Dietrich avec Anne Fraisse

Aurélien Gautherie présentera un volet de son travail sur les échanges et la communication entre médecin et malade dans le De Medicina de Celse à partir des questions suivantes : que signifie respondere  et quel est le statut et la nature du dialogue entre médecin et corps malade ?

Vivien Longhi, qui prépare un doctorat sur la Collection hippocratique et Platon avec P. Demont, présentera des textes de la Collection hippocratique où figurent des listes des "jours critiques" des maladies, les problèmes de compréhension qu'elles posent, ainsi que les hypothèses qu'elles permettent de faire sur la pratique médicale.

Laura Mareri, qui prépare à l’université de Macerata une thèse consacrée au texte du De Melancholia d’Alexandre de Tralles, s’interrogera sur continuité et innovation chez le médecin byzantin à partir de quelques exemples, qu’elle examinera entre autres du point de vue des choix éditoriaux.

-------------------------------------

Colloque 2014

La trousse du vétérinaire dans l’Antiquité et au Moyen Âge : instruments, médicaments, pratiques.

IVe Colloque international de médecine vétérinaire antique organisé par V. GITTON-RIPOLL, université Toulouse 2 Le Mirail et  I. BOEHM, université Lumière Lyon 2, membre du laboratoire.

* DU 10 au 12 juin 2014 - Lyon - MSH MOM et Musée gallo-romain 

La trousse du médecin antique a fait déjà l’objet de nombreuses études, mais pas celle du vétérinaire, malgré sa richesse. Par «trousse», nous entendons non seulement l’ensemble des instruments propres au monde vétérinaire, qu’ils soient spécialisés ou d’un usage très général, communs ou non avec ceux des médecins, mais aussi les pratiques qui accompagnent l’usage de ces instruments : soins courants, chirurgie lourde ou légère, conditions d’exercice... Les instruments peuvent être encore utilisés pour la préparation des médicaments ou leur administration. Enfin, la trousse est aussi le bagage culturel de chaque praticien, qui peut consister en gestes thérapeutiques ne nécessitant pas d’outillage particulier. On pourra donc étudier :

- les instruments d’intervention chirurgicale et de soins courants (instrumentum) : leur nom, leur forme, leur matière, leur emploi…
- les pratiques (curare) : les gestes thérapeutiques, les soins pré- et post-opératoires, les lieux d’exercice, les praticiens
- les médicaments (medicamenta) : leur préparation, leur composition, leur administration, leur efficacité.

Toutes les approches (archéologiques, iconographiques, linguistiques, littéraires, codicologiques, papyrologiques...) seront les bienvenues, qui permettront par leur conjonction d’éclairer ce lexique souvent déconcertant de prime abord, et de mettre en relation les mots et les choses, ou les mots et les techniques. La comparaison entre différentes époques, Antiquité, Moyen Âge et époque moderne pourra illustrer la permanence de l’outillage vétérinaire et des gestes thérapeutiques à travers les siècles.

Publication des précédents colloques :

- M.-T. Cam éd., La médecine vétérinaire antique, Sources écrites, archéologiques, iconographiques, Rennes, 2007 : Actes du colloque international de Brest, 9-11 sept. 2004, Université de Bretagne Occidentale.

- V. Ortoleva et M.R. Petringa éd., La veterinaria antica e medievale, Testi greci, latini, arabi e romanzi, Lugano, 2009 : Actes du deuxième colloque international, Catane, 3-5 octobre 2007.

- Anne-Marie Doyen et B. Van den Abeele dir., Chevaux, chiens faucons : la médecine vétérinaire antique et médiévale, 3e colloque international de médecine vétérinaire, mars 2011, coll. Publications de l'Institut d'études médiévales, Louvain-La-Neuve, actes à paraître. 

Séminaires 2012

Médecine et médecin dans l'Antiquité
Séminaire du laboratoire CiTrA Circulation et transmisssion dans l'Antiquité (ENS de Lyon), en collaboration avec le programme « Savoirs médicaux » d'HiSoMA et le Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
mardi 27 mars 2012, 14h-17h, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière
Programme (.pdf)

Isabelle Boehm : « Examen du patient et établissement du diagnostic, pratiques anciennes et protocole moderne »
Le médecin face au patient malade dispose, comme les traités médicaux les plus célèbres le signalent à l'envi, de ses sens, qui sont au nombre de six  : il écoute la voix et le corps, il regarde le faciès, l'aspect général et les attitudes de celui qu'il a devant lui, il regarde aussi tout ce qui entoure le patient, il touche, il sent tout ce que le corps peut émettre comme odeurs, il goûte également et il observe le tout par l'intelligence. On se proposera de comparer pratiques anciennes et pratiques modernes de l'examen médical pour mettre en évidence ce qui tient de l'héritage hippocratique et conserve tout son sens, et ce qui, étant donné les « progrès de la médecine », est voué à l'oubli.
 
Pierre Diouf : « Existe-t-il une diététique dans la médecine des sanctuaires grecs ? »
Il s'agit là d'étudier des inscriptions votives, datant du début de l'époque classique jusqu'à la fin du IIIe siècle de notre ère, gravées sous l'initiative des prêtres et médecins des sanctuaires médicaux grecs. Ces documents épigraphiques témoignent de guérisons miraculeuses ou de prescriptions « diététiques » faites par le dieu-médecin Asclépios à l'endroit de fidèles consultants dans les sanctuaires qui lui sont dédiés en Grèce (Épidaure, Cos, Pergame, Athènes, Lébéna...). Ces textes relatifs à la diaitésis des sanctuaires seront mis en rapport avec les textes de la littérature médico-diététique contemporaine gréco-romaine afin de savoir s'il s'agit ou non d'une diététique dépassant l'entendement humain. Et tout en insistant sur leur transmission, nous nous proposerons de rechercher quelques survivances dans la diététique scientifique actuelle.
 
Anne Fraisse : « La thérapeutique dans le monde romain, l'exemple de la lèpre »
Cette communication propose une étude de l'éventail des traitements proposés par les textes médicaux latins contre la lèpre. Ces traitements sont suffisamment représentatifs pour donner une idée précise de la thérapeutique dans la médecine romaine.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon