UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Textes et savoirs médicaux et scientifiques 

 Axe A - Savoirs et doctrines - Programme 3

Les textes médicaux souffrent trop, encore actuellement, d'une forme d'isolement, étant donné leur nature : les textes "de référence" sont  littéraires et leur appartenance au monde grec ou romain les rend d'autant plus difficiles d'accès qu'ils sont techniques et que les connaissances médicales et la conception même de la médecine, qu'il s'agisse de l'anatomie, de la pathologie, ou de la thérapeutique, sont à distance de celles du monde moderne. D'un autre côté, le matériel archéologique n'est pas encore assez observé en liaison avec une partie de son contexte : les textes techniques. À la suite de travaux antérieurs menés à HiSoMA et dans le cadre de partenariats nationaux et internationaux, ce programme (dir. I. Boehm, Lyon 2) vise à répondre de manière pluridisciplinaire à ce besoin de synthèse, à travers plusieurs opérations.

• Base documentaire numérique

Mise en place d'une base de données sous forme d'archives ouvertes réunissant les sources textuelles (textes littéraires, documentation privée sur papyrus, textes épigraphiques), les sources iconographiques et le matériel archéologique "médical" du monde gréco-romain, de l'époque archaïque (VIIème av. J.-C.)  à l'époque tardive (Ve ap. J.-C.). L'objectif essentiel de ce projet est l'association, dans un outil unique, de documents de nature variée qui seront directement reliés entre eux et doivent pouvoir à tout instant être complétés par tout type de nouvelle découverte. Enfin, cette base de données ouverte doit pouvoir accueillir aussi des reconstitutions d'instruments et de pratiques médicales expérimentales, comme il s'en pratique pour l'instant à la marge des recherches textuelles. Un premier volet de la mise en place de cette base de données est en cours : il concerne les instruments chirurgicaux et les outils du praticien. 

 Activités associées :
Les activités associées à la préparation de cette base de données seront centrées dans un premier temps sur la réalisation de projets spécifiques :
- édition de textes médicaux (Pélagonius, CUF, à paraître (V. Gitton-Ripoll), Galien, L'organe de l'odorat. Facultés naturelles (I. Boehm), Scribonius Largus (J. Jouanna-Bouchet)
- travaux sur les maladies de peau (A. Fraisse)
- commentaires de textes médicaux : recherches sur la transmission des savoirs médicaux dans la Cité et sur le problème des liens entre médecine civique et médecine religieuse en Grèce ancienne à l'époque classique et hellénistique (M. Dietrich, P. Diouf).

Intervenants sollicités :
I. Boehm, M. Dietrich, P. Diouf, A. Fraisse, V. Gitton-Ripoll, J. Jouanna-Bouchet, M. Labonnelie-Pardon, F. Perrin, M.-D. Nenna, avec V. Barras (Institut universitaire d'histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne)

Partenariats sollicités :
Institut d'Histoire de la Médecine de l'université de Lausanne, équipe "Médecine grecque" de l'UMR Orient-Méditerranée, université de Reims, université de Messine.

Collaborations extérieures :
Ralph Jackson (Bristish Museum), musée archéologique de Fourvière (Mélanie Lioux), musée archéologique de Grand (Vosges), Véronique Dasen (université de Neuchâtel)

Activités scientifiques :
- séminaire de recherche annuel sur les textes médicaux du monde gréco-romain : édition et commentaire des textes en cours de préparation.
- colloque prévu en 2016 sur "Les couleurs dans les médecines anciennes de l'Inde à Rome" (org. I. Boehm)
- édition de textes médicaux (voir supra).

• Instrumentum medicum

F. Biville, avec la collaboration de latinistes spécialistes de médecine gréco-romaine, achève la rédaction d'un dictionnaire des termes techniques latins concernant les pratiques médicales. 

Intervenants :
A. Fraisse, M. Labonnelie-Pardon, J. Jouanna-Bouchet, V. Gitton-Ripoll, B. Maire (Institut universitaire d'histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne), I. Boehm, N. Palmieri.

Ce programme se développera également à travers l’étude des modalités d’insertion de ces savoirs dans la littérature et les sociétés grecque et romaine, à travers l’analyse de deux thématiques :

  1.  Les savoirs du végétal, des textes scientifiques aux textes littéraires.
    M. Bretin-Chabrol et P. Luccioni (Lyon 3) ont eu l'occasion d'étudier la place de certains discours sur le végétal dans le système discursif des sociétés anciennes, tel qu'on peut l'entrevoir non seulement dans les textes scientifiques proprement dits (textes médicaux ou agronomiques par exemple) mais aussi lorsque des allusions à ces végétaux sont faites par les auteurs dans des textes des «belles-lettres» (épigrammes, discours, etc.). Ces travaux d'élucidation, qu'on peut dire comparatistes à divers titres (à la fois parce qu'ils s'efforcent de ne pas séparer textes et savoirs techniques, d'une part, et témoignages issus des "belles-lettres", d'autre part, et aussi parce qu'ils s'efforcent de mesurer constamment l'espace qui nous sépare de l'altérité constituante que représente pour nous l'Antiquité grecque et romaine) seront poursuivis ces prochaines années, en particulier avec une réflexion sur la littérature agronomique des Grecs et des Romains, appuyée entre autres sur Virgile (Géorgiques) et Nicandre.

  2. La polarité masculin/féminin : une polarité construite, des sciences de la vie à l’ordre social.
    Plusieurs membres d’HiSoMA (M. Bretin-Chabrol, P. Luccioni, Lyon 3 ; S. Kefallonitis, UJM ; H. Richer, ENS ; P. Diouf, Lyon 2), travaillant sur des textes de genre et d’époque différents (textes zoologiques et botaniques, juridiques, médicaux, documents épigraphiques et iconographiques, récits d’historiens, mime), ont eu l’occasion lors du précédent quinquennal de s’interroger sur la construction et les usages du couple de catégories masculin/féminin dans des textes grecs et romains, en particulier au sein de l’atelier Efigies-Antiquité (Paris). Sans recouper exactement la division mâle/femelle, liée au sexe biologique, le couple masculin/féminin se fonde dans les sources gréco-romaines sur d’autres déterminations que la capacité de reproduction. Il emprunte à la définition des rôles assignés à l’homme ou à la femme dans la société qui leur est contemporaine un certain nombre de caractéristiques physiques (teint de la peau, force ou faiblesse) ou comportementales (réserve, mollesse, etc.) qui permettent par exemple de distinguer et de classer différentes espèces animales ou végétales, ou de juger le comportement d’un homme ou d’une femme en fonction de son respect ou de son irrespect des attitudes attendues de lui, notamment dans le champ de l’exercice du pouvoir et de l’autorité, ou dans celui des relations familiales. Réseaux de collaborations : Antiquité, territoire des Écarts (Paris 7 et al.) ; Efigies-Antiquité ; ERAMA ; Genre-Lyon 3 ; GIS – Institut du Genre.

 Actions envisagées :
- constitution d’un ouvrage collectif sur les questions de genre et de sexualité dans l’Antiquité, au sein d’une équipe internationale coordonnée par Sandra Boehringer (Université de Strasbourg – UMR 7044, axe « Normes, genre et sexualité dans les sociétés grecques et romaines », action 3), avec le soutien de l’"Institut du Genre" et du laboratoire ANHIMA (UMR 8210, axe "logiques de genre").
- organisation de rencontres scientifiques à Lyon et Saint-Étienne.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon