UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Expressions spatiales de la hiérarchie sociale dans la cité gréco-romaine

Axe C - Sociétés en mutation - Programme 3

Ces 30 dernières années, l’étude de la catégorie des notables et l’inscription dans l’espace public de la compétition évergétique a monopolisé l’attention des tenants de l’histoire sociale du monde gréco-romain. Donnant place à une réflexion portant sur les catégories à qui on a pu imposer une visibilité au sein des espaces publics, parce qu’elles avaient acquis une nouvelle position ou un nouveau statut au sein de la communauté, le développement d’une réflexion sur l’affichage officiel de listes dans l’espace public (Richard Bouchon) permettra d’analyser la manière dont les hiérarchies sociales et leurs dépassements s’inscrivent dans un espace public qui se fait l’expression de ces mutations.

L’étude abordera en particulier deux aspects bien documentés de cette question :

• Listes d’affranchissement

L’exemple des affranchis, enregistrés semestriellement en Thessalie ou participant, en guise de taxe d’affranchissement, à la construction d’édifices publics, notamment les théâtres, mais aussi listes d’éphèbes ou nouveaux citoyens, fera l’objet d’une étude spécifique. Dans cette perspective, la mise en ligne, sous une forme à définir, des listes d’affranchis de Thessalie dans leur contexte monumental peut constituer une première étape assez rapide à mettre en œuvre.
L’étude se poursuivra par la constitution d’un recueil de documents épigraphiques, littéraires, papyrologiques et iconographiques (Richard Bouchon, Lyon 2 & Laurence Darmezin, CNRS, en collaboration avec St. Maillot, Clermont-Ferrand CHEC), concernant l’affranchissement, avec traduction et commentaire, à commencer par les passages de l’Onomasticon de Pollux concernant l’esclavage et l’affranchissement (III, 8), dans la continuité des expériences menées à HisoMA, en collaboration avec l’IRAA, sur le théâtre et sur le livre IX, concernant les parties de la ville antique.

• Les topoi et l’accaparement de l’espace public par des privés

(Richard Bouchon, Lyon 2)

Il s’agit d’étudier ici l’accaparement (transitoire ou non) de l’espace public par des privés sous la forme de réservation de places (topoi) et la compétition pour les conserver. C’est encore une fois l’irruption des noms d’individus dans l’espace public, cette fois isolés et par la volonté non de la communauté mais des individus eux-mêmes, manifestant l’assentiment ou le laisser-faire de la communauté et des autorités politiques. La perspective comparatiste peut être adoptée avec facilité et profit, afin de déterminer si le degré d’organisation des sociétés joue (existence d’une puissance publique), si la gravure des noms dans l’espace reflète la position sociale de chacun, notamment au sein d’un espace clos, ou si d’autres logiques, cadres et rapports de force interagissent.

L’organisation de l’espace public par la communauté peut tout particulièrement être étudiée à travers l’exemple du théâtre. Un colloque international sur la proédrie (priorité de placement au spectacle, obtenue à titre de privilège), en collaboration avec l’IRAA (J.-Ch. Moretti), permettra de faire le point sur cette institution et ses implications sociales, à partir des résultats de recherches récentes.

 

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon