UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Epigraphie et numérique 

Autour du programme des Inscriptions grecques du Louvre

Axe Transversal - Edition, archives, humanités numériques - Programme 2

• Structuration du projet à une échelle européenne et internationale :

Dans la communauté des épigraphistes, les habitudes de collaboration sont anciennes, mais le plus souvent à un niveau interpersonnel. Le numérique impose désormais une concertation à une autre échelle, qui doit se concrétiser dans un réseau d’institutions travaillant dans ce domaine, constituant un maillage de compétences disciplinaire partagées. Le programme de recherche et de formation transatlantique Visible Words co-financé par le Partner University Fund et par la Andrew W. Mellon Foundation fournit un très bon cadre pour un premier niveau de structuration, en favorisant la confrontation des méthodes et des approches à travers des études de cas concrets, en lien direct avec des sites archéologiques. Ce programme a par ailleurs reçu le soutien de l’infrastructure support européenne European Research Infrastructure Consortium (ERIC) DARIAH à laquelle nous allons maintenant demander une affiliation.

• Entrer dans l’ère du Web 3.0 en construisant l’interopérabilité des ressources en ligne :

Espace de partage et d’échange, le web implique nécessairement une certaine harmonisation des formats, outils et systèmes pour permettre la communication et la collaboration. L’interopérabilité entre corpus textuels commence à être assurée par l’emploi de la TEI comme standard. Mais les inscriptions sont des documents dont l’étude se trouve à la confluence de l’ensemble des sciences de l’antiquité ; de ce fait, la structuration de l’information en différentes catégories doit nécessairement tenir compte de cette pluralité de caractéristiques, et associer dans un schéma ad hoc ou ontologie des vocabulaires contrôlés relevant de plusieurs contextes et domaines. Il est de ce fait impératif de participer aux recherches en cours sur ces questions, afin que les spécificités de l’épigraphie et des objets inscrits puissent être correctement prises en compte. Le consortium européen EAGLE (sous-ensemble thématique dédié à l’épigraphie du portail EUROPEANA), auquel le programme IG Louvre est en cours d’affiliation, constitue un des cadres privilégiés pour la réflexion et l’élaboration de ces référentiels. Et les participants au project Visible Words, de conception plus large et abordé d’un autre point de vue, sont d’ores et déjà engagés auprès du consortium EAGLE pour apporter une contribution originale à ces efforts de constitution de référentiels lors du colloque qui se tiendra à Paris en septembre 2014.

 Linked Data :

Comment passer d’une logique de stockage à une logique de recherche par l’association dynamique de ressources correctement structurées et exposées ? Une troisième série d’opérations, qui s’ancrent dans le cadre institutionnel de l’École française d’Athènes, visent à permettre une transition des « bases de données » juxtaposées, conçues dans les années 80, vers les nouvelles formes de la publication en ligne, en créant des passerelles entre ces différents silos documentaires à l’échelle de cette institution qui est l’un des plus importants centre mondial d’archives et de documentation sur des sites majeurs de la civilisation grecque.

• Création d’une bibliothèque d’estampages en ligne :

Un projet d’archivage à long terme et de création d’une Bibliothèque numérique d’estampages grecs en libre accès associant la totalité du fonds d’estampages de l’École française d’Athènes et la partie du fonds d’estampages d'HiSoMA issue de la même histoire institutionnelle a été soumis une première fois en juillet 2013 en réponse à l’appel à projet lancé par la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN5) du MESR (EFA porteur de la demande). Le projet sera soumis une seconde fois dans le cadre de l’appel 2014 (dépôt des dossiers en juin 2014), toujours selon la même répartition des rôles institutionnels.Il s’agit en effet de transformer ces archives scientifiques dont l’accès est très confidentiel en un outil documentaire à la disposition du public, à la hauteur d’une des plus riches collections d’Europe. Ce faisant, l’EfA et HiSoMA s’inscriront dans la même démarche que les quelques grands centres de recherche étrangers qui, depuis plusieurs années déjà, ont mis en ligne des images d’estampages associées à des métadonnées référentielles, comme le Center for the Study of Ancient Documentsd’Oxford, le Center for Epigraphical and Palaeographical Studiesde l’Ohio State University ou les Images of Inscriptions de la Cornell University Library. Mais force est de reconnaître que l’intérêt de ces répertoires en ligne d’estampages grecs et latins est assez limité, car l’affichage sur écran d’images 2D fixes et plates, assimilant l’estampage à une photographie surexposée, privent ces reproductions des qualités essentielles des originaux-papier, qui sont des objets-images « nativement » 3D. Il apparaît donc essentiel, pour l’utilisateur, de pourvoir reproduire sur un écran ces caractéristiques qui font la valeur de l’estampage, ces gestes et usages qui apportent une aide déterminante pour le déchiffrement des textes. C’est bien pourquoi nous souhaitons recourir à des solutions numériques de modélisation 3D, en collaborant pour ce faire avec nos collègues du Digital Epigraphy and Archeology project de l’Université de Floride (qui viendront présenter leurs protocoles et chaîne de travail à Lyon en juin 2014) mais aussi avec le laboratoire Archéovision-Archéotransfert (UMS SHS 3D 3657, Robert Vergnieux, Bordeaux) et le Visual Computing Lab (ISTI-CNR Pise).
Par ailleurs, la mise en œuvre d’un outillage de reconnaissance des caractères (OCR) permettra la sériation et un premier classement automatisé des traits/caractères alphabétiques. Ces pistes de recherche sont d’ores et déjà explorées dans sa thèse par Adeline Levivier, doctorante allocataire HiSoMA et EfA, qui a vocation à devenir chef de projet déléguée pour la structuration de cette bibliothèque virtuelle.
Enfin, cette bibliothèque d’estampages doit être reliée aux autres ressources numériques (éditions d’inscriptions, SIG, photothèque et planothèques numérique Archimage) pour permettre la consultation croisée et l’association dynamique de ces différentes ressources via une interface de consultation à concevoir dans le cadre de l’EfA.

Toujours dans la perspective de tester et de mettre en œuvre l’interopérabilité entre différentes ressources numériques, un travail spécifique sera mené par Michèle Brunet sur le « dossier » du Mur inscrit du Passage des Théores à Thasos. Outre l’intérêt propre que présente cet ensemble d’inscriptions provenant d’un mur démonté dont une partie est conservée au Louvre et l’autre sur le site archéologique de Thasos, il offre également l’occasion d’associer dans une publication numérique tout un ensemble de ressources qui ont été élaborées au fil du temps et indépendamment les unes des autres, entre lesquelles il convient désormais d’instaurer un référentiel commun, pour permettre l’interrogation unifiée. L’enjeu est ici encore de passer de systèmes de stockage isolés à des systèmes de sémantisation des données permettant l’association et la recherche en ligne.

• Développement des formations :

La formation occupe une place très importante dans le programme Visible Words du Partner University Fund, qui prévoit pour chaque année un échange croisé d’étudiants (à partir du Master 2/Undergraduate), un travail en commun à distance sur l’un des thèmes dans le cadre des séminaires de recherche reliés entre Brown, Tufts et Lyon et, pour les deux dernières années, un atelier de 3 semaines sur le terrain en lien avec le thème annuel. En 2015, l’atelier de terrain est prévu en Grèce (Athènes puis Délos), en 2016 au Cambodge (Siem Reap Angkor) Chacun de ces ateliers sera l'occasion d'associer les collègues du pays concerné aux problématiques et techniques de la publication numérique et donc de faire de la formation au-delà du groupe des étudiants américains et français. L’enseignement dans chaque pays et lors de l’atelier de terrain se fera en bilingue français-anglais (aux USA comme en France, la connaissance des deux langues sera un des critères pour la sélection des étudiants qui participeront au programme), ce qui est notre manière d’apporter, modestement, une contribution au multilinguisme dans le cyberespace.

Au terme des trois années du programme, en 2016, nous espérons pérenniser ce réseau d’enseignement dans une formation interuniversitaire de type Erasmus Mundus (ou son équivalent dans le cadre de FP 8 Horizon 2020). A la rentrée universitaire 2014-2015, Michèle Brunet a proposé à Lyon, aux étudiants de master 1 et 2, un séminaire-atelier d’épigraphie numérique mettant en œuvre les outils pédagogiques et plate forme d’édition en ligne mis au point par les collègues du Perseus center à Tufts et de l’Open Philology Project and Humboldt Chair of Digital Humanities at Leipzig, avec lesquels nous avons le projet de développer des collaborations étroites dans les années à venir.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon