UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Épigraphie grecque et latine | 2016-2017

Responsable : Julien Aliquot
Axe Transversal - Quinquennal 2016-2020

- 20 septembre 2016
Les Muses de Larissa : une nouvelle épigramme thessalienne d’époque hellénistique
Eleonora Santin, CNRS, HiSoMA
- affiche (.pdf)

Les Muses de Larissa : une nouvelle épigramme thessalienne d’époque hellénistique Une stèle inédite trouvée à Larisa, en Thessalie, associe un relief représentant les neuf Muses en cortège autour d’une autre divinité et une dédicace métrique lacunaire du peuple de la cité aux Muses de Piérie. La présentation de cet objet archéologique permettra d’aborder la question de la complémentarité entre représentation figurée et texte gravé et celle de la réception des grands modèles de la tradition poétique à l’époque hellénistique dans une importante cité thessalienne. Ce nouveau document soulève aussi des questions liées à la topographie de l’ancienne Larisa telles que l’existence d’un Mouseion et son emplacement.

- 4 octobre 2016
A Priests’ List of Halicarnassus
Graham Oliver, Brown University
- affiche (.pdf)

Signe Isager has recently published a new fragment of the list of Priests of Poseidon from Halicarnassus and associates this fragment with the one preserved in the Garstang Museum of The University of Liverpool. This paper, the result of a collaboration between Isager and Oliver, explores the association of these two fragments (CIG 2655 (= Syll.3 1020) + Bodrum Museum inv. Nr. 67). Discussion will consider the discovery and reception of the stones, late Hellenistic Halicarnassus, and the history of the cult of Poseidon and the city’s history.

- 22 novembre 2016
Nouvelles perspectives historiques et historiographiques sur le papyrus de Démade
Davide Amendola, ENS Pise
- affiche (.pdf)

Le papyrus de Berlin inv. 13045 fut retrouvé en 1904 par l’archéologue allemand Otto Rubensohn lors des fouilles de la nécropole de Βουσῖρις ἐν τῷ Ἡρακλεοπολίτῃ, et édité en 1923 par Karl Kunst dans la série des Berliner Klassikertexte (BKT). Il s’agit d’une anthologie de la fin du deuxième siècle av. J.-C. qui fut probablement écrite à Alexandrie ; elle contient deux textes différents presque oubliés par la critique jusqu’à ce jour, à savoir un éloge de la monarchie lagide (colonnes 1-3) et un dialogue entre Démade et Dinarque de Corinthe à l’occasion du procès qu’on intenta à l’orateur athénien en 319 à la cour macédonienne (colonnes 4-20). La présentation de ce dernier texte permettra d’aborder la question de sa paternité et de jeter un éclairage nouveau sur certains événements de l’histoire d’Athènes entre la fin de l’époque classique et le début de la période hellénistique.

- 6 décembre 2016
Les improbae comitiae de Séjan : une irrégularité électorale sous Tibère ?

Virginie Hollard, Lyon 2, HiSoMA
- affiche (.pdf)

En 31 apr. J.-C., Séjan, préfet du prétoire et homme le plus influent de Rome, semble être au sommet de sa gloire politique, alors que Tibère a déserté la capitale de l’empire. Mais Tibère, informé de la tentative de complot de celui à qui il avait quasiment délégué le pouvoir impérial, prépare cette année-là, en même temps que son élection au consulat, sa chute. L’élection de Séjan au consulat semblerait avoir fait l’objet d’une procédure frauduleuse, du moins irrégulière. C’est ce que laisserait penser une inscription qui a suscité de nombreux débats en évoquant des improbae comitiae (CIL, VI, 10213). Ce témoignage épigraphique, confirmé par les textes de Suétone et Dion Cassius, présente l’élection comme une ruse de Tibère pour mieux préparer la chute de Séjan. Or, l’inscription pose de nombreux problèmes pour saisir pleinement ce qui s’est joué autour de l’élection de Séjan. Ces problèmes ressortent principalement de la manière dont est évoquée l’intervention comitiale : il s’agit d’improbae comitiae réunis sur la colline de l’Aventin. C’est à ce mystère épigraphique qui associe une faute de latin à une faute procédurale que le séminaire va tenter d’apporter des éléments d’éclaircissement.

- 10 janvier 2017
Le pilier de l’agora d’Eurômos

Anne-Valérie Pont, Université de Paris-Sorbonne, Thibaut Boulay, Université de Tours
- affiche (.pdf)

À l’automne 1932, au cours de sa première mission en Carie financée par l’American Society for Archaeological Research in Asia Minor et le généreux soutien de William Hepburn Buckler, Louis Robert copia, sur l’un des piliers de l’agora d’Eurômos, les bribes d’un long décret hellénistique pour un citoyen de la cité. Kallisthénès fils de Polycharos avait rendu des services financiers à la cité dans des moments difficiles. Les considérants évoquent par ailleurs une alliance militaire (symmachia) avec Iasos. Si Louis Robert signala, dès 1935, cette inscription, très difficile à lire et abîmée par l’humidité, au nombre des découvertes majeures d’un frutueux séjour (AJA 39, 1935, p. 337), l’inscription demeura inédite. Depuis, la surface du pilier, situé à proximité de la route moderne reliant Milas à Söke, touchée par la pollution, ne cessa de se dégrader. Un état provisoire du texte sera présenté à partir des notes, des photographies et de plusieurs estampages de Louis Robert réalisés en 1932 et 1934 et conservés au Fonds Louis Robert de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

- 7 février 2017
Le tarif fiscal de Beyrouth
Julien Aliquot, chercheur au laboratoire
- affiche (.pdf)

Au début des années 1940, René Mouterde a publié les fragments d’un tarif fiscal découvert dans le centre-ville de Beyrouth, au Liban. Le texte, rédigé en grec, fixe le montant des taxes frappant les importations ou les transactions sur le marché de la ville au Ve ou au VIe siècle. La préparation du catalogue des inscriptions grecques et latines du Musée national de Beyrouth a permis de le retrouver et d’identifier de nouveaux fragments.
Cet ensemble documentaire fournit des renseignements précieux sur les institutions, les ressources et les relations commerciales d’une cité de la Phénicie protobyzantine.

- 14 mars 2017
Kôm Abou Billou : la documentation épigraphique égyptienne et grecque
Sylvain Dhennin, CNRS, HiSoMA et Jillian Akharraz, étudiant en Master 2 à Lyon
- affiche (.pdf)

Le site archéologique de Kôm Abou Billou se situe dans la partie occidentale du Delta du Nil, à 80 km au nord-ouest du Caire. Il a abrité successivement les villes de Mefkat (à l’époque pharaonique) et de Térénouthis (à l’époque gréco-romaine), avec une occupation qui semble continue entre le début du troisième millénaire avant J.-C. et le Xe s. de notre ère. Les fouilles anciennes ont livré plusieurs corpus de documents, en égyptien comme en grec, qui permettent d’ouvrir des fenêtres très précises sur la religion locale, d’une part, et sur les habitants de Térénouthis à l’époque romaine, d’autre part. Quelques documents exceptionnels, comme le naos de l’Osiris local ou le fragment de celui de la déesse Hathor de Mefkat, associés aux blocs qui constituaient les parois du temple, permettent en effet de restituer les cultes, sacerdoces et mythes spécifiques au lieu. Pour l’époque romaine, l’immense corpus des stèles funéraires, à l’iconographie caractéristique, apporte de précieuses indications sur les populations, que les fouilles récentes menées dans le cadre des programmes de l’Ifao et du laboratoire HiSoMA conduisent à remettre en perspective : elles devraient permettre notamment de comparer les données apportées par l’épigraphie à celles apportées par l’anthropologie.

- 3 avril 2017
Une inscription testamentaire grecque trouvée à Philia Karditsis (Thessalie)
Bruno Helly, directeur de recherche émérite au laboratoire
- affiche (.pdf)

Une plaque inscrite, remise le 30 septembre 1988 par Monsieur K. Chana Vaiou, de Philia Karditsis, aux autorités de l’Éphorie des Antiquités Préhistoriques et Classiques de Volos en charge du département de Karditsa, porte 22 lignes d’un texte dont on n’a que la moitié gauche. Il s’agit d’une donation testamentaire probablement faite en faveur d’une jeune fille appelée Eukrateia. Le texte donne à des tuteurs (ἐπίτροποι) des instructions en fonction de différentes situations qui pourraient intervenir dans la vie de cette personne jusqu’à son mariage. Deux autres personnages sont également concernés, qui pourraient avoir part à la donation en question. Celle-ci devait être en fait une donation en argent, déposée dans le sanctuaire d’Athèna Itonia, comme on en a d’autres exemples.

- mardi 2 mai 2017
Makedones anchistoi de Pythion : à propos d’une inscription nouvelle de Perrhébie (Thessalie)
Clément Crosnier, doctorant au laboratoire
- affiche (.pdf)

Une dédicace collective du IIIe s. av. J.-C., mise au jour dans les fouilles du sanctuaire d’Apollon à Pythion en Perrhébie, est le fait d’un groupe qui se désigne comme Makedones anchistoi. Elle se rattache à un ensemble d’inscriptions thessaliennes mentionnant des anchistoi dont on peut se demander si elles renvoient à l’anchisteia connue par la documentation juridique athénienne d’époque classique. Ce document pose aussi la question de l’intégration de populations macédoniennes dans des zones annexées au royaume.

- 6 juin 2017
"Pierres errantes" du Musée du Louvre et du British Museum
Alcorac Alonso Déniz, chercheur au laboratoire
- affiche (.pdf)

Le séminaire porte sur cinq inscriptions arrivées à différentes époques dans les collections du Louvre (1-4) et du British Museum (5) : 1) une plaque de marbre avec une inscription honorifique, sans attribution (MA 961). 2) un autel votif pour Poséidon, attribué à Sparte (MA 4849). 3) un cippe avec un catalogue de citoyens, attribué à Lemnos (MA 4177). 4) un pilier hermaïque avec une épitaphe, attribué à Chios (MA 1664). 5) une stèle à relief avec une épitaphe, attribuée à la Crète (IBM II, 378).
L’analyse formelle de ces cinq « pierres errantes » et de leurs textes (écriture, langue, formulaire, etc.) permet de proposer des hypothèses alternatives quant à leur provenance alléguée.

Le programme annuel du séminaire s’achèvera avec le colloque international de Lyon sur l’épigraphie et l’histoire de la Jordanie antique et médiévale, les 15 et 16 juin 2017.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon