UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Épigraphie grecque et latine | 2018-2019

Axe Transversal - Edition, archives, humanités numériques - Programme 1
Responsables : Julien Aliquot, Véronique Chankowski

Le séminaire offre un espace de discussion pour la présentation de textes épigraphiques dont l’édition ou la réédition est en cours. Les séances se tiennent une fois par mois, le mardi de 17h à 19h, en salle 308 de la MILC, 35 rue Raulin, Lyon 7. Réparties sur toute l’année, elles sont ouvertes aux étudiants, aux chercheurs et aux enseignants-chercheurs.

• mardi 11 septembre 2018
L’épigraphie de la région de Mahasthan (Bangladesh) au Ve siècle de notre ère
Arlo Griffiths, directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient, HiSoMA
- affiche (.pdf)

De nouvelles découvertes sont venues récemment enrichir le corpus épigraphique de la région dominée par la cité antique de Puṇḍravardhana, l’actuel Mahasthan dans le nord-ouest du Bangladesh. Il s’agit de tablettes de cuivre portant des chartes qui sont rédigées en sanskrit et qui concernent la vente de terres par des instances locales à des requérants individuels ou collectifs voulant faire donation pieuse des terres ainsi achetées en faveur de brahmanes, de temples ou de monastères, à l’époque de la dynastie des Gupta (Ve-VIe siècles de l’ère chrétienne). On présentera les caractéristiques générales de ce petit corpus et surtout les apports historiques de quatre chartes inédites.

• mardi 2 octobre 2018
Décrets de Delphes de l’époque impériale
Richard Bouchon, maître de conférences à l’Université Lyon 2, HiSoMA
- affiche (.pdf)

La cité de Delphes a utilisé les monuments du sanctuaire d’Apollon Pythien pour faire graver les décrets qu’elle votait à ses bienfaiteurs étrangers : plus de 800 sont connus entre le milieu du IVe siècle avant J.-C. et le milieu du IIIe siècle après J.-C., ce qui en fait une des séries les plus fournies de décrets honorifiques.
Le séminaire sera consacré à l’un de ces décrets, gravé dans les premières années du IIe siècle après J.-C. sur le pilier de Paul-Émile et publié en 1930 par Gaston Colin dans les Fouilles de Delphes III/4, sous le numéro 48. L’étude architecturale menée récemment par Anne Jacquemin et Didier Laroche invite à reprendre l’édition de ce texte qui honore un officiel romain.

mardi 13 novembre 2018
Les inscriptions syllabiques de Paphos : questions de méthode
Agnieszka Halczuk, doctorante à l’Université Lyon 2, HiSoMA
- affiche (.pdf)

Le syllabaire chypriote a été utilisé depuis VIIIe siècle avant J.-C. jusqu’à l’intégration de Chypre dans le royaume des Lagides à la fin du IVe siècle avant J.-C. Ce système d’écriture constitue une continuation directe du « chypro-minoen », le syllabaire employé sur l’île au cours de l’âge du Bronze. Le matériel épigraphique abondant mis au jour dans la région de Paphos permet de distinguer un syllabaire particulier dit « paphien ». L’analyse de certaines inscriptions pose toutefois des problèmes d’interprétation et d’approche. Trois sujets différents seront présentés dans le cadre du séminaire. Le premier porte sur la classification de certains documents comme « chypro-minoens » ou « chypro-syllabiques ». Le deuxième concerne l’interprétation de certaines inscriptions comme des dédicaces ou des épitaphes d’après le contexte archéologique de leur découverte, qui est parfois incertain. Le troisième sujet reprend l’étude d’une série particulière d’inscriptions archaïques composées de deux signes séparés par un trait vertical.

mardi 4 décembre 2018
Distribution de la terre en Grèce ancienne : une inscription béotienne oubliée (IG VII 3170)
Isabelle Pernin, maître de conférences à l’Université de Provence, Centre Camille Jullian
- affiche (.pdf)

Le séminaire portera sur les méthodes que les cités de l’époque hellénistique ont mises en place pour délimiter, enregistrer, distribuer et exploiter la partie de leur territoire, publique ou sacrée, qu’elles avaient à administrer. Dans la mesure où, pour le monde grec, les questions d’enregistrement et d’archivage des biens fonciers ont été déjà bien étudiées, nous aborderons ici plutôt les aspects concrets de la division et du bornage de la terre à travers l’étude d’une inscription provenant de la cité béotienne d’Orchomène. Il s’agit d’une liste de terrains, dont les limites sont décrites à la fois par la mention de bornes et par des éléments paysagers qui permettent de les situer vraisemblablement au bord du Copaïs.
L’étude de ce document fragmentaire, perdu depuis longtemps et difficile à interpréter, complète nos connaissances sur l’exploitation des rives de ce lac par les cités riveraines.

mardi 8 janvier 2019
Retour à l’anchisteia : une nouvelle inscription du sanctuaire fédéral des Thessaliens
Clément Crosnier, Richard Bouchon, Bruno Helly, Université Lyon 2/CNRS, HiSoMA
- affiche (.pdf)

Le sanctuaire fédéral des Thessaliens, consacré à Athéna Itônia, n’a fait l’objet que de quelques sondages, il y a un demi-siècle, et de fouilles marginales, plus récemment. Il a livré une stèle incomplètement conservée et relative à la communauté des Phakiastai, c’est-à-dire à la cité de Phakion. Le séminaire sera l’occasion de faire une première présentation de ce texte difficile, daté du IIIe siècle avant J.-C. et rédigé dans le dialecte thessalien, qui prévoit par convention l’intégration à la communauté d’un groupe dont le nom est malheureusement perdu, par inscription dans les diverses subdivisions civiques.

mardi 5 février 2019
Recherches épigraphiques sur les comptes de Délos
Véronique Chankowski, professeur à l’Université Lyon 2, HiSoMA
- affiche (.pdf)

La comptabilité des hiéropes du sanctuaire de Délos éclaire plusieurs questions relatives à l’organisation des finances et au lien entre les sphères publique et sacrée. L’évolution des pratiques administratives des hiéropes, perceptible à travers la spécialisation progressive de leur vocabulaire, permet de faire le constat des compétences acquises dans la maîtrise des techniques comptables, d’un collège à l’autre. Dans une chronologie qu’on tentera de préciser, leur comptabilité intègre non seulement la caisse sacrée, mais aussi la caisse publique, probablement en raison des très nombreux mouvements de fonds suscités par les emprunts de la cité à son sanctuaire, public et sacré formant un tout. La relecture de plusieurs passages permet de mettre en évidence certains traits marquants de cette conception financière. Derrière les chiffres qui témoignent du développement de la fortune du sanctuaire d’Apollon apparaît aussi la possibilité de reconstituer une partie de l’histoire de la communauté délienne en charge de ce sanctuaire, de la fin du IVe siècle au milieu du IIe siècle avant notre ère.

mardi 12 mars 2019
L’étéochypriote et le corpus épigraphique d’Amathonte de Chypre
Anna Cannavò, CNRS, HiSoMA
- affiche (.pdf)

Parmi les inscriptions en syllabaire chypriote du premier millénaire avant J.-C., un petit corpus épigraphique atteste l’existence d’une langue à ce jour non déchiffrée, que l’on suppose indigène et que l’on appelle conventionnellement l’« étéochypriote ». Cette langue semble caractéristique, du moins à certaines périodes, de la cité-royaume d’Amathonte. Grâce à des études récentes, on connaît mieux son arc chronologique et sa diffusion au sein de l’île. L’attribution d’un texte au corpus reste aujourd’hui difficile, car les traits propres à cette langue sont encore mal connus. Notre connaissance de l’écriture syllabique, avec laquelle l’étéochypriote est rédigé, la même qui est utilisée dans le reste de l’île, mais avec des variantes locales, progresse cependant grâce à de nouvelles lectures. Quelques documents épigraphiques permettent de remettre à plat le dossier et de proposer des pistes de réflexion sur le rapport entre la langue étéochypriote et Amathonte.

mardi 2 avril 2019
L’enquête corse : un nouveau regard sur les inscriptions de la nécropole d’Aléria (séance jumelée avec le séminaire Nommer les hommes dans les mondes anciens)
Gilles Van Heems, maître de conférences à l’Université Lyon 2, HiSoMA
- affiche (.pdf)

De la colonie phocéenne et étrusque d’Alalia, théâtre et enjeu d’une importante bataille en mer Tyrrhénienne au milieu du VIe siècle avant J.-C., on connaît surtout la nécropole préromaine, fouillée par J. et L. Jehasse entre 1955 et 1980. Ces derniers ont eu, entre autres mérites, l’occasion de mettre au jour un riche ensemble d’inscriptions et de graffites, pour la plupart étrusques. Le réexamen en cours de ce corpus, conduit dans le cadre du PCR « Aleria et ses territoires : approches croisées », lancé en 2018, permet d’ores et déjà d’enrichir et de renouveler en partie notre regard sur l’histoire de la Corse étrusque et de la Méditerranée nord-occidentale entre le Ve et le IIIe siècle avant J.-C., en livrant des informations inédites sur les noms et sur les pratiques scripturales des habitants de l’Aleria préromaine. Cette séance commune du séminaire d’épigraphie et du séminaire NHOMA donnera l’occasion de faire le point sur ce dossier.

mardi 7 mai 2019
La transmission de charge entre les épimélètes dans les tribus athéniennes à la lumière de quelques inscriptions du IVe siècle av. J.-C.
Andrzej Chankowski, maître de conférences à l’Université de Lille 3
- affiche (.pdf)

Rouage important de la démocratie athénienne, les assemblées des tribus athéniennes nous sont moins bien connues que celles des dèmes. On connaît, à l’heure actuelle, une quarantaine de décrets adoptés par ces assemblées, en bonne partie lacunaires et peu explicites. Cependant, une analyse attentive de certains de ces décrets permet de jeter quelque lumière sur le calendrier de ces assemblées et sur la transmission des tâches entre les épimélètes (magistrats principaux des tribus) sortant et entrant en fonction. Par là même, la chronologie de quelques documents de cette catégorie peut être corrigée.

mardi 4 juin 2019
Lugdunum 197 : post scriptum épigraphique
Patrice Faure, maître de conférences à l’Université Lyon 3, HiSoMA
- affiche (.pdf)

Le 19 février 197, les armées de Septime Sévère et de Clodius Albinus s’affrontèrent près de Lyon pour livrer le dernier acte des guerres civiles débutées quatre ans plus tôt. Cet événement – de toute première importance pour l’histoire de l’Empire, des Gaules et de Lugdunum – a été l’objet d’un programme de recherche soutenu par le laboratoire HiSoMA en 2017. À cette occasion, une équipe de chercheurs a tenté, à l’aide de sources diverses (et notamment d’inscriptions), de jeter un éclairage nouveau sur les enjeux, le déroulement et les conséquences de cette bataille méconnue.
Deux ans plus tard, le séminaire propose d’examiner quelques documents épigraphiques susceptibles d’apporter de nouveaux éléments à la compréhension de l’événement. Cette mise à jour portera notamment sur l’activité de Septime Sévère dans les mois qui suivirent la bataille, et sur une inscription de Dijon mentionnant Clodius Albinus, mais dont l’authenticité mérite d’être questionnée.

 

Logo CNRSLogo université Jean MonnetLogo ENS Lyon