UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

[Projet scientifique Axe C | Espaces, villes et sociétés | Organisation des espaces]

Mission française de Taposiris et Plinthine

Porteuse scientifique
Bérangère Redon, CR CNRS

Principaux collaborateurs scientifiques du laboratoire
Sylvain Dhennin (CNRS)
Alexandre Rabot (université Lumière-Lyon 2)
Marie-Françoise Boussac (professeur émérite à l’université Paris Ouest-Nanterre, chercheuse associée)
Julie Marchand (chercheuse associée)
Joachim Le Bomin (chercheur associé)

La mission comprend également une quinzaine de chercheurs, doctorants et ingénieurs, qui contribuent aux travaux annuels sur le terrain ou en laboratoire : Charlène Bouchaud, Maël Crépy, Menna el-Dorry, Clementina Caputo, Louis Dautais, Paul François, Martine Leguilloux, Séverine Marchi, Nicolas Morand, Clémence Pagnoux, Mikaël Pesenti, Gaël Pollin, Rim Saleh, Claire Somaglino, Matthieu Vanpeene. On trouvera leur présentation, ainsi que celles des anciens membres de la mission, sur le carnet de recherche de la MFTMP.

Partenaires institutionnels extérieurs
IFAO
MEAE
• Ministry of Antiquities of Egypt
• Université Paris Sorbonne (Orient et Méditerranée, équipe Mondes pharaoniques)

Résumé du projet
Les deux sites de Taposiris Magna et Plinthine marquent sur la longue durée une frontière occidentale de l’Égypte : d’abord située à Plinthine, à l’époque pharaonique, celle-ci a basculé vers l’ouest, à Taposiris, sans doute au cours de l’époque ptolémaïque.

Alors que la MFTMP s’est concentrée sur les phases les plus récentes et visibles de leur occupation (de l’époque hellénistique à la fin de la période byzantine) depuis sa création en 1998, le programme s’efforce, depuis 2012, de déterminer la nature des occupations les plus anciennes du site de Plinthine (vestiges d’époque ramesside à saïte). Il se propose en même temps d’étudier l’impact du nouveau rôle de porte joué par Taposiris à la fin de l’époque romaine/époque byzantine et les conséquences de l’invasion arabe au VIIe s. sur la ville.

Dans la continuité de ces travaux, nous prévoyons, durant le quinquennal 2021-2025, d’intensifier l’exploration du kôm de Plinthine, devenu prioritaire tant les vestiges de l’établissement pharaonique (Nouvel Empire, Troisième Période Intermédiaire et époque saïto-perse) en font une découverte exceptionnelle dans la région. L’époque hellénistique ne sera pas négligée, et le village daté de cette période sera pour la premier fois l’objet de fouilles intensives. Il s’agira en particulier de déterminer la place de la viticulture dans le développement de la ville suite à l’arrivée de colons grecs au début du IIIe s. av. J.-C. (voir plus bas).

 

Le fouloir saïte de Plinthine (© MFTMP)

À Taposiris, des compléments aux fouilles anciennes seront effectués dans la zone près du lac, en vue de leur publication, entreprise soutenue par le Shelby White and Leon Levy Program for Archaeological Publications. On prévoit ensuite d'orienter nos travaux sur l'occupation tardive de la ville (époque byzantine et transition vers l'époque médiévale).

En parallèle, une grande entreprise de prospection géomorphologique sera poursuivie sur les sites de Plinthine, Taposiris et les trois sites satellites de Gamal, Qoseir et Rahim, qui s’égrènent le long du lac Maréotis à l’est de Plinthine. Il s’agit de restituer l’environnement général de l’extrême ouest du lac Maréotis et son évolution au fil du temps.

https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3290/files/2020/08/2_Taposiris_Artificialleeve_View-from-south-1-1536x1152.jpg

Le port de Taposiris Magna (© MFTMP)

Enfin, grâce au soutien récent du fonds ARPAMED, un nouveau dossier s’est ouvert en 2018 sur le thème particulier de la viticulture dans la région du Mariout, de l’époque pharaonique à l’Antiquité tardive. Les découvertes de la MFTMP ont montré que du vin était déjà produit en Maréotide à l’époque pharaonique et que cette tradition a perduré durant plus de 1800 ans dans la même zone. Cette enquête globale sur le vin, du pépin au fouloir et à l’amphore, se poursuivra dans le cadre d’un projet commun proposé à l'IFAO et l'EfA. Il se concentrera en particulier sur le thème des variétés cultivées en Égypte et en Grèce durant le Ier millénaire av. J.-C., de leur origine, de leurs particularités, et des échanges culturels que la conquête de l’Égypte par les troupes d’Alexandre en 331 av. J.-C. a engendré dans le domaine de la viticulture (transferts de cépages, échanges technobiologiques, évolution des pratiques de culture et de consommation du vin). Dans le cadre de ce projet, des prospections géophysiques, des analyses des sols, et une étude des cépages (analyses archéobotaniques et morphométriques des restes végétaux) seront conduites à Plinthine, sur des niveaux datant du Nouvel Empire et de l’époque hellénistique.

Publications

https://taposiris.hypotheses.org/publications-de-la-mission-francaise-de-taposiris-plinthine

Liens
https://taposiris.hypotheses.org/
https://www.arpamed.fr/projets/projets-2021/plinthine/
https://www.ifao.egnet.net/recherche/archeologie/taposiris-magna-plinthine/

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon