UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

ANR – MONACORALE

Histoire et archéologie des monastères et des sites ecclésiaux d’Istrie et de Dalmatie
(IVe-XIIe siècle)

Projet de Recherche Collaboratif (PRC) financé par l’ANR
Durée : 2021-2024
Responsables : Sébastien Bully (CNRS/École française de Rome, coordinateur), Morana Čaušević-Bully (Univ. Bourgogne Franche-Comté, Chronoenvironnement, co-porteur), Pascale Chevalier (Univ. Clermont-Ferrrand, Artehis, co-porteur) et Stéphane Gioanni (Univ. Lyon 2, HiSoMA, co-porteur).
Partenaires institutionnels : École française de Rome, Chrono-environnement, ArTeHis, HiSoMA
https://twitter.com/anr_monacorale

Le projet de recherche MONACORALE (MONAsteriorum CORpus Adriaticorum et Locorum Ecclesiasticorum) est né de la collaboration de chercheurs français, croates et italiens travaillant sur des archives, des textes et des sites ecclésiaux, notamment monastiques, de la côte adriatique istrienne et dalmate entre le IVe et le XIIe siècle. Il a l'ambition de constituer un corpus raisonné de ces sites synthétisant l’ensemble des sources disponibles et de réaliser l'étude d'une « zone-atelier » (île de Cres, Croatie) comprenant plusieurs sites de première importance.

À travers une approche résolument pluridisciplinaire croisant les sources de l'archéologie, l'histoire, l'histoire de l’art, la littérature, l'épigraphie, l'étude paléo-environnementale et l'archéologie du paysage, l'objectif est d'étudier :

1. les aspects topographiques et les conditions historiques de leur fondation (relations au milieu naturel, contexte humain, réutilisation de sites antiques, etc.) ;
2. leur organisation territoriale et sociale dans le contexte adriatique oriental (expansion du monachisme bénédictin et de l’architecture romane, recrutement et mobilité des moines, échanges culturels avec l’Italie…) ;
3. leurs fonctions dans la diffusion des idées réformatrices et, plus largement, de l'autorité pontificale dans une période de confrontation entre les puissances présentes dans l'Adriatique (Francs, Byzantins, Normands, Vénitiens, Slaves).

The research project “MONACORALE – History and Archaeology of Monasteries and Ecclesiastical sites in the Eastern Adriatic (4th-12th c.)”, is born from the collaboration of French, Croatian and Italian researchers working on archives, texts and ecclesial, and notably monastic sites of the Istrian and Dalmatian Adriatic coast between the 4th and the 12th century. It aims to constitute a reasoned corpus of these sites synthesizing all available sources and to study a "workshop area" (island of Cres, Croatia) including several major sites.
Through a resolutely multidisciplinary approach combining the sources of archeology, history, history of art, literature, epigraphy, paleo-environmental study and landscape archeology, the objective will be to study :

1. the topographical aspects and the historical conditions of their foundation (relations with the natural environment, human context, reuse of ancient sites, etc.) ;
2. their territorial and social organization in the eastern Adriatic context (expansion of Benedictine monasticism and Romanesque architecture, recruitment and mobility of monks, cultural exchanges with Italy, etc.) ;

3. their functions in spreading reformist ideas and, more broadly, pontifical authority in a period of confrontation between the powers present in the Adriatic (Franks, Byzantines, Normans, Venetians, Slavs).
                

Enjeux et objectifs

L’une des principales difficultés réside dans l’identification des complexes monastiques au sein du grand nombre de sites ecclésiaux du littoral et de l’arrière-pays croate et dont la fonction peut être bien différente : entre des villae tardo-antiques dotées d’églises patrimoniales, des fortins protobyzantins avec « oratoires », des hameaux de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge avec chapelles votives, des groupes presbytéraux et baptismaux proto-paroissiaux, des résidences aristocratiques ou édilitaires avec chapelles ou mausolées familiaux. La question qui se pose également est celle du possible passage d’une fonction à une autre, comme la transformation d’une villa en monastère, ou la gestion d’une basilique martyriale funéraire par une communauté monastique, à un moment donné... Cette difficulté résulte de la définition d’un monastère, tant l’acception de ce terme recouvre des réalités architecturales, des pratiques religieuses, des usages ou des statuts différents en fonction des lieux et des périodes, dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. La polysémie du terme monasterium, par exemple, peut indiquer à la fois une communauté et un établissement d’ermite(s), ou encore, comme dans certaines sources ravennates jusqu’au IXe s., une simple chapelle ou un oratoire. Et en la quasi-absence de fouilles archéologiques de grande ampleur sur ce sujet dans l’Adriatique orientale, il reste difficile de définir une grille de lecture établissant des critères de détermination des fonctionnalités et des statuts de ces sites complexes à travers une terminologie spécifique renseignée par les sources écrites et épigraphiques, ou par les caractéristiques de leurs structures bâties, de leurs organisations topographiques, de leurs installations liturgiques, des modes d’inhumations et du type de recrutement funéraire, ou bien encore de leur interaction avec un paysage, physique autant qu’institutionnel.

Tout en prenant en compte les allusions des Pères de l’Église aux premières fondations de l’Antiquité tardive, nous aborderons la question des formes éventuelles du monachisme basilien dans la période byzantine et nous nous concentrerons, à partir du Xe s., sur les monastères bénédictins, beaucoup mieux documentés, qui renforcèrent les réseaux culturels et sociaux entre l’Italie et la Dalmatie, et qui constituèrent des relais essentiels de la diplomatie pontificale dans l’Adriatique orientale au moment de la rupture avec Byzance.

Aussi, les principaux enjeux du projet peuvent être résumés ainsi :

● Établir un corpus raisonné des sites « ecclésiaux » et monastiques de la côte croate (littoral, arrière-pays, îles de l’Istrie, du Kvarner et de la Dalmatie) synthétisant l’ensemble des données textuelles, archivistiques, archéologiques, environnementales et spatiales.

● Engager des recherches archéologiques, archivistiques, paléoenvironnementales et spatiales poussées dans une « zone-atelier » circonscrite à la péninsule de Punta Križa sur l’île de Cres dans le Kvarner (Dalmatie du nord) et présentée comme un case-study. Il s’agira principalement de poursuivre – désormais en collaboration avec le Musée des monuments archéologiques croates de Split (MHAS)  – la fouille du complexe hypothétiquement paléomonastique de Martinšćica, dans une perspective comparative avec les résultats déjà obtenus sur le monastère de Saint-Pierre d’Osor et ceux attendus sur les sites de Saint-Platon et d’Osorski dolac.

● Recenser et analyser la documentation écrite (correspondances, sources conciliaires, actes de la pratique, cartulaires, chroniques, textes hagiographiques et liturgiques, inscriptions, archives…) qui mentionne les sites, les réseaux, les personnes, les possessions et les productions manuscrites des monastères identifiés. 

● Étudier les modalités de leur fondation et de leur développement dans le contexte religieux, social, économique, politique et culturel de l’espace adriatique marqué par les tensions croissantes entre Rome et Byzance, par l’affirmation progressive de nouvelles puissances (normande, vénitienne et croate) et par l’influence progressive de la papauté sur l’Adriatique orientale qui était perçue comme une porte d’entrée vers l’espace byzantin, les Balkans et l’Europe centrale.


Les principaux collaborateurs du projet

● J. Baraka (Univ. Zadar)
● S. Bully (CNRS/École française de Rome)
● D. Calaon (Univ. Ca’Foscari, Venise)
● M. Čaušević-Bully (Chrono-environnement)
● P. Chevalier (UMR Artehis)
● A. Dumontet (Artehis)
S. Gioanni (HiSoMA)
● L. Granjon (MSH Dijon)
● N. Jakšić (Univ. Zadar)
● M. Jurković (International research centre for late antiquity and Middle Ages, Zagreb)
J. Marchand (HiSoMA)
● A. Marinković (Univ. Zagreb)
● D. Martinez (CIHAM)
● A. Milosević (Museum of Croatian Archaeological Monuments, Split)
F. Monna (Univ. Bourgogne Franche-Comté)
E. Morlock (HiSoMA)
● M. Novak (Institute for Anthropological Research, Zagreb)
● L. Pillot (MSH Dijon)
S. Riccioni (Univ. Ca’Foscari, Venise)
● A. Stock (Chrono-environnement)
● M. Thivet (Chrono-environnement)
N. Uroda (Museum of Croatian Archaeological Monuments, Split)

Bibliographie sélective

● BULLY (S.), JURKOVIĆ (M.), ČAUŠEVIĆ-BULLY (M.), MARIĆ (I.), « Benediktinska opatija Sv. Petra u Osoru – arheološka istraživanja 2006-2013 [Le monastère bénédictin de Saint-Pierre d’Osor – Études archéologiques 2006-2013]», in Istraživanja na otocima [The island research projects], Hrvatski arheološki godišnjak, 30, Zagreb, 2015, p. 103-127.
● ČAUŠEVIĆ-BULLY (M.), BULLY (S.), « Esquisse d’un paysage monastique insulaire dans le nord de l’Adriatique : l’archipel du Kvarner (Croatie) », Hortus Artium Medievalium, 19, Zagreb, 2013, p. 167-182.
● ČAUŠEVIĆ-BULLY (M.), BULLY (S.), « Organisation et architecture des sites ecclésiaux paléochrétiens de l’archipel du Kvarner (Croatie) – nouvelles pistes », in Y. MARION, F. TASSAUX (éd.), Adriatlas et l’histoire de l’espace adriatique du VIe s. a.C. au VIIIe s. p.C., Ausonius, Bordeaux, 2015, p. 247-272.
BULLY (S.), DESTEFANIS (E.), « The Archaeology of the Earliest Monasteries in Italy and France (Second half of the Fourth Century to the Eighth Century », in A. I. BEACH, I. COCHELIN (dir.), Cambridge History of Medieval Monasticism in the Latin West, Cambridge University Press, 2020, p. 232-257, sous presse.
● ČAUŠEVIĆ-BULLY (M.), Le Nord de l’Adriatique entre l’Antiquité et l’Antiquité tardive. Urbanisation, dynamique de peuplement et construction territoriale d’un espace insulaire et côtier entre le Ier et le VIe siècle : le Kvarner et ses marges (la Liburnie septentrionale), Thèse de doctorat, sous la dir. de B. Migotti et F. Prévot, Université de Zagreb et Université Paris-Est, 2013.
● CHEVALIER (P.), Salona II – Ecclesiae Dalmatiae. L’architecture paléochrétienne de la province romaine de Dalmatie (IVe-VIIe s.), 2 vol., Rome-Split (CEFR 194-2), 1996.
● DYGGVE (E.), History of Salonitan Christianity, Oslo, 1951.
● GIOANNI (S.), Gouverner le monde par l’écrit. L’autorité pontificale en Dalmatie de l’Antiquité tardive à la réforme « grégorienne », Rome, École française de Rome, 2020 (BEFAR 386).
● GIOANNI (S.), « Sainte Anastasie et la liberté de Zadar : remarques sur le privilège de liberté du pape Innocent III au chapitre de Sainte-Anastasie (1198) », in Aspice hunc Opus Mirum, Festschrift on the occasion of Nikola Jakšić’s 70th birthday, Zagreb-Zadar, 2020, p. 353-370.
● GIOANNI (S.), « Les évêques de Salone (IIe-VIIe siècles) d’après l’Historia Salonitana de Thomas l’archidiacre (XIIIe siècle) : histoire et hagiographie », in F. BOUGARD et M. SOT (dir.), Écrire l’histoire des évêques et des papes, Turnhout, Brepols, 2009, p. 243-263.
JURKOVIĆ (M.), « Benediktinci na sjevernom Jadranu [Les Bénédictins dans l’Adriatique nord] », in I. CRNKOVIĆ (dir.), Opatijske crkvene obljetnice. Radovi sa znanstvenog skupa održanog 17-19 studenoga 2006, Opatija, 2008, p. 7-30.
● KOSTRENČIĆ (M.) éd., Codex diplomaticus regni Croatiae, Dalmatiae et Slavoniae, Vol. I (743-1100), redegit M. Kostrenčić, collegerunt et digesserunt J. Stipišić et M. Šamšalović, Zagreb, 1967.
●  LAUWERS (M.), « Circuitus et Figura. Exégèse, images et structuration des complexes monastiques dans l’Occident médiéval (IXe-XIIe siècle) », in M. LAUWERS (dir.), Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, Turnhout, 2014, p. 43-109.
● Le monachisme insulaire du IVe à la fin du XIe siècle (Hortus Artium Medievalium, 19), Zagreb, 2013.
● MAZEL (F.), « Pour une redéfinition de la réforme ‘grégorienne’. Éléments d’introduction », in M. FOURNIÉ, D. LE BLÉVEC, F. MAZEL (dir.), La réforme « grégorienne » dans le Midi (milieu XIe-début XIIIe siècle), Toulouse, 2013 (Cahiers de Fanjeaux, 48), p. 9-38.
OSTOJIĆ (I.), Benediktinci u Hrvatskoj, 3 volumes, Split, 1963.
● Salona I – Catalogue de la sculpture paléochrétienne de Salone, CEFR 194/1, Rome-Split, 1994.
● Salona III – Établissement préromain, nécropole et basilique paléochrétienne à Salone, CEFR 194/3, Rome-Split, 2000.
● Salona IV – Inscriptions de Salone chrétienne, IVe-VIIe siècles, CEFR 194/4, Rome-Split, 2 vol., 2010.
URODA (N.), « Beginnings of Monasticism on Central Dalmatian Islands - Problems and perspectives », Hortus Artium Medievalium, 19, Zagreb, 2013, p. 113-120.
● ZEILLER (J.), Les origines chrétiennes dans la province romaine de Dalmatie, Paris, 1906.

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon