UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Les archives de l'Institut Fernand Courby
Mardi, 18. Juin 2019

Par Laure Bezard, en mission archives à la MOM
Fernand Courby (1878-1932) était un archéologue et helléniste, membre de l’École française d’Athènes puis professeur à la faculté des Lettres de Lyon. Il a participé aux fouilles archéologiques de Délos et de Delphes.
Le laboratoire HiSoMA, anciennement Institut Courby, possède des archives concernant ce grand savant helléniste. Ces archives sont constituées d’un carnet de condoléances, de documents relatant la carrière de F. Courby, d’aquarelles réalisées de sa main. Le nom de Fernand Courby a été donné par la suite à l'Institut d'épigraphie grecque fondé par son successeur J. Pouilloux, en 1959, comme en témoigne le livre d'or de l'Institut ouvert à cette date.

Le carnet de condoléances a été offert par Mme Courby à l'occasion de la création de l'Institut, suite à la demande de J. Pouilloux, en décembre 1983. Il reprend un certain nombre de lettres adressées à Mme Courby au moment du décès de son mari. On peut voir dans ces écrits que Fernand Courby était un professeur très apprécié de ses élèves, un savant à qui l’on doit de nombreux travaux très éclairants sur les fouilles de Délos et de Delphes ainsi qu’un homme loyal et généreux. Voici un extrait d’une lettre de D. Ehrhard à Mme Courby qui décrit les qualités de cet homme exceptionnel : « Il était à mes yeux la franchise et la loyauté même, une conscience droite, inflexible quand il s’agissait du devoir, tourmentée de scrupules en présence d’un cas douteux, mais ne s’égarait jamais et finissait toujours par se rallier d’instinct aux solutions justes. Il avait le sens inné de l’équité. »

Le laboratoire possède également de magnifiques aquarelles réalisées par Fernand Courby lui-même qui lui servaient de support de cours. Ces aquarelles reprennent des sujets liés à la Grèce antique et représentent des reliefs funéraires, des costumes, des draperies, des sculptures, des vases, des temples et des figurines en terre cuite. Elles montrent l’excellent coup de crayon de leur auteur. On trouve aussi dans ces archives des croquis humoristiques. Parmi ces archives se trouve la genèse de l’Institut Courby, ancêtre du laboratoire HiSoMA.
Dans l'esprit de son fondateur et dans la ligne de Fernand Courby lui-même, cet institut avait vocation à se consacrer essentiellement aux études de philologie, littérature, histoire et civilisation de la Grèce antique et de la Méditerranée orientale et qu’il mettait à la disposition des chercheurs une bibliothèque spécialisée, organisait des cours, des séminaires, et des publications sous la direction des professeurs de philologie, épigraphie et littérature grecques de la Faculté des Lettres. Il est également fait allusion aux missions de terrain phares de l’Institut tels que la mission archéologique de Salamine de Chypre ou le projet de corpus des Inscriptions Grecques et Latines de Syrie (IGLS), ce qui est très précieux d’un point de vue archivistique. Par ailleurs, on en apprend davantage sur les statuts de l’Institut à ses débuts, son organisation, son personnel et ses rapports avec l’université.

De plus, l’Institut possède un livre d’or qui raconte l’histoire du laboratoire : on y trouve des invitations, des photos, des signatures, des articles de presse, des faire-part de naissance ou de mariage des chercheurs y travaillant, des avis de soutenance de thèse, des signatures lors des arbres de Noël organisés par l’Institut et des dédicaces. Ce livre d’or retrace l’histoire de l’Institut de 1963 à 1997.

L’ensemble de ces archives constitue une véritable mine d’or pour l’archiviste. En effet, le cahier de condoléances dresse un portrait très vivant de ce grand homme ; les aquarelles montrent le talent de dessinateur de Fernand Courby et sont un témoignage non seulement de la manière dont s’organisaient les professeurs pour illustrer leurs cours à une époque où l’informatique n’existait pas mais aussi du caractère indispensable du dessin dans une carrière d’archéologue. La genèse de l’Institut Courby permet, d’un point de vue administratif, de comprendre et de connaître les étapes nécessaires à la création d’un institut dans les années 60. Pour finir, le livre d’or contient un grand nombre d’anecdotes : la photo de mariage entre Marguerite Calvet et Bernard Yon, les signatures des enfants des chercheurs lors des arbres de Noël ainsi que le menu du buffet rustique donné au pavillon du parc. Ce livre d’or donne également de nombreuses informations sur la vie de l’institut : les personnalités qui y sont passées, les prix et distinctions obtenus par ses membres ainsi que l’avis de ces derniers sur les différentes soutenances de thèse qui se sont déroulées à l’institut. Ces archives ont une valeur historique et patrimoniale inestimable car elles permettent de mieux comprendre comment fonctionnait un institut de recherche entre les années 1960 et 2000 tant du point de vue administratif que du point de vue scientifique voire même du point de vue personnel.

Pour consulter ces archives, il est nécessaire de passer par le directeur du laboratoire HiSoMA, Stéphane Gioanni ainsi que par l’assistante de direction et de communication Aurore Béréziat. Ces archives sont consultables uniquement sur place et en présence d’Aurore Béréziat. Cependant, sur le site Saint Mémoire, vous trouverez des photos de Fernand Courby et certains documents d’archives tels que le discours de Charles Picard et la notice de l'Association des anciens élèves de la Faculté des Lettres dans son 31e bulletin au moment du décès de Fernand Courby, une brève bibliographie, l’attestation de médaille de l'Institut de France décernée à Fernand Courby le 24 février 1926, la nomination de Fernand Courby comme officier d’Académie le 13 juillet 1910, l’attestation d’attribution de sa médaille militaire grecque le 19 décembre 1918, l’attestation de ses états de service militaire le 7 octobre 1932 et un laisser-passer délivré à Fernand Courby avec visa pour Constantinople et Smyrne le 25 octobre 1905.

Légendes images : Fernand Courby, croquis, Hecatompedon primitif (1ère moitié VIème siècle), Coré, figure mi-corps (collection privée).

 

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon