UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

[Projet scientifique Axe B | Cultures anciennes et temporalités | Construction de la mémoire]

 InSpectA - Intelligences et Sens des Spectateurs dans l’Antiquité

Projet financé par l’AAP « Projet émergent » de l’ENS de Lyon

Porteur scientifique
Anne-Sophie Noel

Principaux collaborateurs scientifiques du laboratoire
Pascale Brillet-Dubois
Pascale Paré-Rey
Richard Bouchon

Partenaires institutionnels extérieurs
● Réseau sur le Théâtre Antique (RETHA, fondé en 2019)
Harvard’s Center for Hellenic Studies, Washington D.C.

Les chercheurs suivants ont également donné leur accord de principe pour participer aux activités de recherche prévues :

● Malika Bastin-Hammou, Université Grenoble Alpes, Dramaturgie du théâtre antique
● Krishni Burns, University of Illinois at Chicago, Dramaturgie du théâtre antique
● Christine Mauduit,E NS Paris Saclay, Dramaturgie du théâtre antique
● Alexa Piqueux, Paris Ouest Nanterre La Défense, Dramaturgie du théâtre antique
● Olivier Renaut, Paris Ouest Nanterre la Défense, Philosophie des émotions
● Adeline Grand-Clément, Université Toulouse II Jean Jaurès, Histoire des sens et des émotions
● Anna Novokhatko , Aristotle University of Thessaloniki, Histoire des sens et des émotions
● Douglas Cairns, University of Edinburgh, Histoire des sens et des émotions
● Jennifer Devereaux, Bryn Mawr College, Cognition et émotions dans l’Antiquité
● Al Duncan, The University of North Carolina, at Chapel Hill, Approches cognitives du théâtre antique
● Felix Budelmann, Oxford University, Approches cognitives du théâtre antique
● Ineke Sluiter, Leiden University, Approches cognitives du théâtre antique
● Peter Meineck, New York University, Approches cognitives du théâtre antique
● Gabriele Sofia, Université Grenoble Alpes, Approches cognitives du spectacle vivant
● Corinne Jola, Abertay University, Approches cognitives du spectacle vivant
● Lionel Brunel, Montpellier 3, Psychologie, cognition incarnée
● Mathieu Hainselin, Université de Picardie Jules Verne, Psychologie expérimentale

Résumé du projet

Le projet InSpectA (« Intelligences et Sens des Spectateurs dans l’Antiquité ») a pour ambition de faire émerger une nouvelle méthodologie interdisciplinaire pour mieux comprendre les réponses sensorielles, émotionnelles et cognitives suscitées par le spectacle théâtral dans l’Antiquité, en les replaçant dans le cadre d’une histoire des sens, des émotions et de la cognition.

 Quand ils assistent à une représentation, les spectateurs réagissent physiquement, émotionnellement et intellectuellement à ce qu’ils perçoivent sur la scène : le corpus de sources anciennes en fait état (qu’elles soient dramatiques, comme les comédies d’Aristophane, historiques, ou philosophiques, avec les écrits de Platon et d’Aristote). Leurs sens sont mobilisés (pas seulement la vue ou l’ouïe, mais aussi la proprioception ou même le toucher, Noel 2019), leurs réactions affectives et émotionnelles facilitent ou bien entravent leurs capacités cognitives. Comme l’écrivait Oliver Taplin, fondateur des Performance studies appliquées au théâtre antique, « when thinking about plays in performance, we must also feel the presence of the audience: (…) The play is so designed as to take thoughts and emotions of the audience along with it.” (Taplin 1978: 3).

Ce travail reste largement à faire : au-delà de la recension des sources anciennes sur le public de théâtre dans l’Antiquité (projet GDR 3271 THEATHRE dirigé par Brigitte Le Guen, 2012-2018), il conviendrait de mieux mettre en relation l’analyse des émotions qui leur sont attribuées (crainte, pitié, mais aussi compassion, répulsion, plaisir, rire, etc.) avec la philosophie des émotions et l’histoire des sensibilités. Les émotions sont en effet des manifestations physiques et sensorielles déterminées par le contexte culturel et historique. Pour mieux comprendre les affects des spectateurs, il s’agira d’évaluer la dimension heuristique des conceptions anciennes des sens et des émotions (un champ de recherche actuellement en expansion), parfois mises en relation avec les hypothèses de l’« affective turn »contemporain (qui considèrent les émotions comme résultant de flux d’énergies interpersonnels, cf. Clough and Halley 2007; Brinkema 2014), pour déterminer comment elles peuvent venir compléter les outils d’analyse traditionnels (philologie, analyse littéraire et historique).

De la même manière, la cognition comme ensemble des fonctions intellectuelles (fondées sur le raisonnement, la mémoire, la perception, l’attention, le langage, la prise de décisions, etc.) dépend à la fois de données physiques et anatomiques « universelles » (ou en tout cas stables depuis l’Antiquité, Meineck 2017) et de données culturelles et historiques qui les déterminent également pour une grande part. En réponse à l’émergence des sciences cognitives, ce constat a conduit à poser les jalons d’une histoire de la cognition dans l’Antiquité, en particulier du concept de cognition « étendue » ou « distribuée » (Chaston 2011 ; Meineck 2017 ; Anderson, Cairns, Sprevak 2018 ; Meineck, Short, Devereaux 2019 ; Budelmann, Sluiter 2021). Comment mettre en relation de manière féconde dramaturgie, histoire de la cognition et sciences cognitives ? Cette question oriente le second volet de ce projet : mieux comprendre comment les sens se conjuguent aux intelligences des spectateurs dans l’Antiquité en évaluant, là encore, la portée heuristique des croisements interdisciplinaires.

 Au théâtre, les spectateurs ressentent et pensent les uns avec les autres, et les uns contre les autres, dans la conscience de leur coexistence physique, dans l’espace des gradins, et d’une expérience artistique partagée. Je poserai donc l’hypothèse que les principes théoriques de la « 4e cognition » peuvent nous aider à formuler des approches nouvelles des processus cognitifs relatifs à l’activité de spectateurs dans l’Antiquité : ces modèles proposent en effet de comprendre la cognition comme un processus incarné (« embodied »), étendu (à l’environnement matériel, « extended » ou « embedded »), mais aussi collectif ou « distribué », autant de notions qui semblent correspondre particulièrement à la situation des spectateurs au théâtre, sollicités comme corps et intelligences collectifs (quand bien même ils ne partagent pas forcément les mêmes goûts ni les mêmes opinions). Un des aboutissements de ce projet sera alors d’évaluer les possibilités de collaborations avec des chercheurs en psychologie expérimentale et en sciences cognitives, intéressés par une démarche de recherche intégrant un questionnement à partir d’exemples historiques. Bien que les méthodes de recherche soient fondamentalement différentes (par exemple, expérimentations pratiques fondées sur l’usage de questionnaires et l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, pour mesurer l’activité cérébrale), il s’agira de questionner la possibilité d’une rencontre et d’un enrichissement entre sciences et humanités, et le cas échéant, de la mettre en œuvre.

Types d'opérations
Séminaires (en ligne), 2 workshops (4 jours en tout, en présentiel) ; si j’obtiens ultérieurement les fonds nécessaires, je souhaiterais mettre en place un protocole expérimental en collaboration avec le laboratoire EPSYLON (Montpellier 3, équipe « Dynamiques cognitives et sociocognitives émergentes (DynaCSE) ») qui viserait à obtenir des données scientifiques quantitatives sur un processus cognitif particulier (à définir) affectant un échantillon de spectateurs lors d’une représentation théâtrale.

Organisation du panel “New approaches to spectatorship”, à la rencontre annuelle de la Society for Classical Studies, 5 janvier 2021. Avec : Al Duncan (The University of North Carolina, Chapel Hill), Krishni Burns (University of Illinois, Chicago) et Marianne Govers Hopman (panel chair/discussant, Northwestern University).

Principales publications et actions de valorisation
● Publication de deux articles de synthèse dans des revues internationales spécialisées à comité de lecture
● Publication d’un volume d’actes de conférences en format papier et en Open Access

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon