UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Publications

Sparte : cité des armes, des arts et des lois

De Nicolas Richer, aux éditions Perrin, 480 pages, ISBN 978-2-262-03935-6
Thermopyles, l'ascétisme présupposé de la cité ou la rigueur de l'éducation des citoyens -, c'est bien Athènes qui est communément perçue comme l'archétype de la cité grecque. Sparte constitue pourtant un modèle alternatif fascinant. Certes, la cité péloponnésienne doit bien d'abord être considérée comme une cité grecque de Grecs en Grèce, mais son organisation et ses priorités sont originales. Sa victoire sur la cité d'Athéna lors de la guerre du Péloponnèse, au Ve siècle av. J.-C., montre son efficacité globale.

Afin de mieux cerner les forces et les faiblesses comme les réussites et les échecs de la puissance péloponnésienne, Nicolas Richer présente les traits majeurs de l'évolution de la cité, du VIIIe au IVe siècle av. J.-C., non seulement d'un point de vue politique mais aussi artistique ou social. La richesse des sources portant sur les usages éducatifs, politiques, religieux et militaires donne ainsi à lire le fonctionnement d'une cité passionnante dont l'un des traits originaux consiste dans l'importance qu'elle accorde à la collectivité, à la guerre et au mérite. Ce n'est pas sans raison que Xénophon notait que « Sparte l'emporte en vertu sur toutes les cités, parce qu'elle est la seule où se conduire vertueusement soit une obligation publique »

ERUDITIO ANTIQUA

Eruditio Antiqua est une revue électronique thématique, à comité de lecture international, dont l'objectif est de publier des travaux inédits dans les différents domaines de l'érudition gréco-latine, depuis les origines jusqu'à la période byzantine.
Parution du 9e volume :
Santé et maladie, entre pratiques quotidiennes et réflexions théoriques dans le monde gréco-romain

Rome, cité universelle

De César à Caracalla, 70 av. J.-C. – 212 apr. J.-C.
Catherine Virlouvet (dir.), Nicolas Tran, Patrice Faure
Paris, Belin, Mondes anciens, 880 pages. 49 €. Mars 2018. ISBN 978-2-7011-6496-0

L’histoire de Rome que dépeint ce volume est celle de l’apogée d’un empire « mondial ». Comment une petite cité est-elle parvenue à dominer un ensemble de terres s’étendant de l’Écosse et du Danube au désert africain, de l’Atlantique au Proche-Orient, et à établir cette domination de manière assez durable pour marquer profondément l’histoire de tous ces territoires ?

Le succès de la domination romaine tient pour bonne part à une conception ouverte de la citoyenneté. Le recensement de 70 av. J.-C. régla un conflit qui avait opposé Rome aux Italiens, une vingtaine d’années auparavant. Tous les hommes libres de la péninsule formèrent désormais le populus Romanus. Près de trois siècles plus tard, en 212 apr. J.-C., Caracalla attribua le bénéfice de la ­civitas Romana à tous les habitants libres de l’empire. Or, durant la période délimitée par ces deux mesures, les possessions romaines s’étaient étendues bien au-delà des rivages de la Méditerranée. Cette expansion fut l’œuvre collective des soldats romains et de leurs chefs. Garants d’une domination qui se prétendait universelle, et qui avait pour siège la plus grande ville de l’Antiquité, les princes adaptèrent la Cité au gouvernement du monde. L’ouvrage examine cette histoire en recherchant la cohérence d’une construction impériale singulière, qui servit – plus tard – de modèle à bien d’autres.

Bulletin de Correspondance Hellénique Supplément 58

Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique 
Sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet
314 pages. 30 €. Avril 2018. ISBN 978-2-86958-295-8. Publications de l'EfA.
Conférence de présentation :

Rassemblant à la fois des données du monde grec et du monde romain, cet ouvrage entend contribuer à une meilleure analyse des circuits économiques méditerranéens, locaux et régionaux, en remettant au coeur de la réflexion les questions d'entreposage, des modes de distribution et de la spéculation.


En s’intéressant aux lieux et bâtiments de stockage, cette enquête est en même temps une étude des circuits et des flux, qui interroge à nouveaux frais la documentation écrite et archéologique, à travers plusieurs exemples montrant le pragmatisme et la plurifonctionnalité des bâtiments, les articulations entre le rôle de l’État et l’action des particuliers, la complexité des circuits. La connaissance de l’organisation des échanges s’enrichit de nombreuses études de cas qui témoignent de techniques de construction et d’aménagements de l’espace dans les bâtiments de stockage mais aussi de réseaux d’intérêts sociaux et économiques fondés sur des groupements professionnels, qui conduisent à réenvisager les formes de l’intégration économique en Méditerranée, de l’époque classique à l’Empire.

Bilans archéologiques

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine
Actes du colloque international organisé au Collège de France (30-31 mars 2016), sous la direction de Jean-Pierre Brun, Thomas Faucher, Bérangère Redon et Steven Sidebotham.

Le désert Oriental d'Égypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles – or, gemmes et pierres de grande qualité (granite du Mons Claudianus, de Tiberianè ou de l’Ophiades, porphyre du Porphyritès, basanites [Grauwacke], etc.) – ont, malgré les difficultés dues aux dures conditions climatiques, été exploitées dès l’époque prédynastique. Les pharaons, les Ptolémées, puis les empereurs romains y ont fréquemment envoyé des expéditions pour extraire ces minerais et ces pierres.

Carnet de recherche
Books.openedition.org

Jacques Le Goff, l'Italia e la storia

Actes du colloque Jacques Le Goff et l'Italie (Rome, 4-5 juin 2015), a cura di Étienne Anheim, Massimo Miglio, Catherine Virlouvet, con la collaborazione di Amedeo Feniello e Stéphane Gioanni.

 

La suffixation des anthroponymes grecs antiques (Saga)

Actes du colloque international de Lyon édités par Alcorac Alonso Déniz, Laurent Dubois, Claire Le Feuvre et Sophie Minon, avec la collaboration d’Édouard Chiricat avec les contributions de Gilles van Heems, Richard Bouchon et Bruno Helly, du laboratoire, aux Éditions Librairie Droz.
- couverture de l'ouvrage (.pdf)

Les Collines dans la représentation et l’organisation du pouvoir à Rome

Auteur : Manuel de Souza (éd.), Collection  : Scripta antiqua (108), Éditeur : Ausonius Éditions, Bordeaux
Date de parution : Décembre 2017, ISBN : 9782356132017, 180 pages, Éditeur.

Au cœur de la légende, les collines de Rome s’articulent au récit de la fondation, mais aussi des premières dissensions qui caractérisent l’histoire de la cité à venir. Les collines, sept et davantage, marquent indéniablement la topographie et ont un rôle dans la construction de l’espace urbain de la cité. Née sur le Palatin, au détriment de l’Aventin, l’Vrbs ne se constitue cependant véritablement qu’en se dotant d’un centre civique en contrebas des collines, sur le forum dès l’époque royale. Le forum et également le champ de Mars, où se fait le recensement et se réunissent les comices centuriates, deviennent les lieux centraux de la vie politique à l’époque républicaine, et la colline peut inspirer méfiance ou permettre l’affirmation d’un pouvoir alternatif. La symbolique et la fonctionnalité des collines de Rome résultent d’une histoire complexe et en mouvement, où se croisent faits historiques et exégèses, qui créent progressivement des stéréotypes, véhiculés jusqu’aux âges contemporains, sur la ville aux sept collines.
Ce livre sur les collines et le pouvoir à Rome constitue un prologue à la synthèse sur le Palatin, de la mort d’Auguste au règne de Vespasien, que proposera le prochain volume des Neronia. Il permet de mettre en perspective l’ascension palatine du pouvoir impérial, et d’en souligner les enjeux en s’interrogeant sur le rôle structurant des reliefs dans la vie et l’imaginaire politiques romains.

 

Sources de l'histoire de Tyr

II, Textes et images de l’Antiquité et du Moyen Âge, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2017, 221 p.
Pierre-Louis Gatier, Julien Aliquot, Lévon Nordiguian (éd.)
Onze articles de Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier et Dominique Pieri, Karl-Uwe Mahler, Pascal Arnaud, Jean-Claude Cheynet, Jean-Charles Ducène, Cécile Treffort, Marie-Adélaïde Nielen, Michel Balard, Krijnie Ciggaar, Lévon Nordiguian et Patricia Antaki-Masson.
- sommaire (.pdf)

A côté des différents travaux conduits par des équipes archéologiques libanaises ou étrangères sur les vestiges des périodes les plus anciennes, de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer, il y avait place pour une réflexion sur l’Antiquité et le Moyen Âge qui accompagnerait et soutiendrait les activités de terrain de la Mission archéologique franco-libanaise de Tyr. En effet, les fouilles et relevés conduits sur le site par cette équipe depuis 2008 concernent essentiellement ces époques.
Parmi les études publiées ici, six portent sur l’Antiquité et cinq sur le Moyen Âge, tandis qu’en annexe Lévon Nordiguian et Patricia Antaki-Masson présentent la documentation photographique tyrienne abritée dans le fonds Poidebard de la photothèque de la Bibliothèque Orientale à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Déhès II, Les pressoirs

Olivier Callot, directeur de recherche associé au laboratoire HiSoMA
Beyrouth, Presses de l’Ifpo, Bibliothèque archéologique et historique 210, 2017. ISBN 978-2-35159-732-3.
Le village antique de Déhès, situé dans le Gebel Baricha au nord du Massif Calcaire de la Syrie du Nord, possède 29 pressoirs. De 1998 à 2010, une vingtaine d’entre eux ont été fouillés, dans le cadre des travaux de la mission archéologique franco-syrienne de la Syrie du Nord.


L’ouvrage d’Olivier Callot présente ces installations de manière détaillée et les replace dans leur contexte socio-économique. Il renouvelle notre vision du développement économique de l’arrière-pays d’Antioche, sur les collines et les plateaux du Massif Calcaire, aux époques romaine, byzantine et islamique. Contrairement à ce qui a été écrit jusqu’à présent, la grande majorité des pressoirs de Déhès sont destinés à presser du raisin et seules trois (peut-être cinq) sont des huileries. Les petites installations utilisant des rouleaux en pierre pour écraser les grappes ont rapidement été remplacées par des presses plus performantes à leviers entraînés par des treuils. À partir du IVe et du Ve siècle, les mêmes pressoirs sont transformés pour utiliser des presses à leviers et à vis encore plus puissantes. La plupart de ces pressoirs ont fonctionné jusqu’à l’époque omeyyade. Certaines installations semblent même avoir été construites à ce moment. Ce n’est qu’au IXe siècle, au début de la période abbasside, que s’amorcerait le déclin et l’abandon de la région.

Pages

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon