UMR 5189

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire HISOMA

Histoire et Sources des Mondes Antiques

image oiseau MOM

Publications

L'aigle et le cep. Les centurions légionnaires dans l'Empire des Sévères

par Patrice Faure (HiSoMA)
Ausonius (Scripta Antiqua 54), Bordeaux, 2013 (2 vol., 1100 p.)
“À la tête de tous les soldats de ce camp, j’ai beaucoup cherché ce que je pourrais transmettre à la postérité, un ex-voto collectif et fait pour le retour de l’armée, qui prenne place entre ceux du passé et de l’avenir.”
Les mots du centurion légionnaire Quintus Avidius Quintianus, gravés il y a mille huit cents ans dans la pierre du fort libyen de Gholaia, résonnent encore de nos jours pour faire écho aux centaines de textes, d’images et de vestiges qui permettent de redonner chair aux soucis quotidiens et aux parcours de vie de ses camarades, entrés au service de la dynastie des Sévères entre 193 et 235 p.C. Ces témoignages sont aux sources d’une enquête soucieuse d’explorer les dimensions militaire et politique du centurionat, mais aussi de prolonger les approches traditionnelles de l’historiographie de l’armée romaine par une démarche d’histoire sociale et culturelle ouverte aux questionnements anthropologiques. La recherche met tour à tour en lumière la polyvalence du métier, la diversité des trajectoires et des comportements, la richesse des pratiques et l’ambivalence des représentations associées aux centurions légionnaires sévériens, à l’aube des difficultés du IIIe siècle. Autant de facettes qui invitent à s’interroger sur les réalités et les limites de l’identité d’un groupe militaire qui fut aussi fier de servir l’aigle, enseigne de la légion, que de porter le cep de vigne, insigne de son rang.

 

Euphorion et les mythes, images et fragments

Euphorion - Couverture

Actes du colloque international, Lyon, 19-20 janvier 2012.
Édités par Chr. Cusset, É. Prioux et H. Richer.
Études du Centre Jean Bérard, 9.
2013, 340 p., ill. - ISBN 978-2-918887-16-4 -
Prix : € 30,00

Ce volume constitue les actes d’un colloque organisé à l’ENS de Lyon (19-20 janvier 2012) pour mettre à l’honneur ce poète oublié, dans des échanges pluridisciplinaires autour de cette oeuvre très peu lue en dehors d’un cercle restreint de spécialistes. En réunissant les contributions de philologues, historiens de l’art et historiens des idées, ce volume s’efforce d’enrichir le commentaire des fragments et tente de comprendre les usages que ce poète a faits de la matière mythologique dans une perspective politique ou pour rendre compte du monde dans lequel il évoluait.
La première partie de l’ouvrage propose deux parcours géographiques pour donner une idée du traitement du mythe par Euphorion, allant d’abord au sein de la Grèce traditionnelle d’Eubée en Béotie et de l’Attique en Corinthie, puis parcourant l’Asie mineure et le Proche-Orient où Euphorion a fait lui-même une partie de sa carrière. La seconde partie plus littéraire essaie de mettre en lumière certains aspects propres de la poétique d’Euphorion au sein d’un ensemble de poètes qui recherchent l’obscurité, l’étrange ou la rareté et dans l’art spécifique de la malédiction.
Présentation (.pdf)

 

Working in Memphis: The production of faience at Roman Period Kom Helul

par P.T. Nicholson (avec des contributions de Marie-Dominique Nenna, HiSoMA)
Excavation Memoir 105, Londres, EES, 2013. ISBN 978-085698210-1.
Prix : 70 £
Lire le sommaire

L'Onomasticon de Pollux : aspects culturels, rhétoriques et lexicographiques

Édité par Christine Mauduit, Collection CEROR n° 43. Lyon, 2013

ISBN: 978 -2-904974-45-8 - 180 pages - 24 euros

En raison de son organisation thématique, l’Onomasticon de Pollux a le plus souvent été lu, depuis l’Antiquité, comme une source de connaissances sur les realia de la Grèce. Dans l’esprit de son auteur, cependant, l’ouvrage est conçu non comme une encyclopédie, destinée à expliquer le monde, mais comme un recueil de mots, visant à faciliter la composition de discours sur toutes sortes de sujets. Il se propose de contribuer à l’éloquence et à la qualité du langage du futur empereur Commode, auquel il est dédié. S’inscrivant dans le contexte des discussions contemporaines sur le bon usage de la langue grecque, il comprend une dimension prescriptive, orientée vers la clarté, la variété, la correction et la beauté du discours. C’est à mieux comprendre cette dimension proprement lexicale de l’Onomasticon que sont consacrées les études rassemblées dans ce volume. Issues, pour l’essentiel, d’une journée d’étude organisée à l’Université de Lyon 3 le 21 octobre 2011, en marge d’un travail collectif sur le livre IV de l’Onomasticon, elles réunissent des spécialistes de la lexicographie, de la rhétorique et de la vie culturelle grecque à l’époque impériale, qui apportent des éclairages croisés sur le travail de Pollux lexicographe, offrant, par là même, une meilleure compréhension du contexte de composition, de la nature et des enjeux de l’Onomasticon.
Ont contribué à ce volume :
Pierre Chiron, Stephanos Matthaios, Paola Radici Colace, Renzo Tosi, Stefano Valente, Giuseppe Zecchini.

Zeugma IV. Les monnaies

Daniel Frascone
TMO 63 - 368 pages
ISBN 978-2-35668-038-9, 45€
Les fouilles françaises effectuées a Zeugma entre 1996 et 2000, sous la direction de Catherine Abadie-Reynal, ont fourni un lot de plus de 850 monnaies dans les niveaux stratigraphiques de la dizaine de sites fouilles. 
Cet ouvrage propose un catalogue de ces monnaies dont la chronologie s’étend de la période hellénistique à la période byzantine, avec une majorité de numéraire frappe sous l’Empire romain, notamment entre le IIIe et le Ve siècle. 
Voir le sommaire

Hérodote et l'Égypte

Regards croisés sur le livre II de l'Enquête d'Hérodote.
éd. par Laurent CoulonPascale Giovannelli-Jouanna et Flore Kimmel-Clauzet 
CMO 51, série littéraire et philosophique n° 18 - 200 pages 
ISBN 978-2-35668-037-2, 27€ - Maintenant en ligne gratuitement sur Persée !

Le livre II de l’Enquête d'Hérodote, qui dépeint le territoire et la civilisation des Égyptiens, a connu une fortune exceptionnelle, devenant pour les Grecs de l’Antiquité d’abord, pour les égyptologues de l’époque moderne ensuite, le fondement de toute approche de l’Égypte pharaonique.
Ce volume, qui constitue les actes de la journée d’étude organisée à Lyon le 10 mai 2010, vise à mieux cerner les spécificités du livre II en faisant intervenir des chercheurs de différentes disciplines : philologues hellénistes, égyptologues, archéologues spécialistes de l’Égypte, historiens de l’Antiquité. La confrontation des points de vue de spécialistes issus d’horizons variés permet d’aborder le texte d’Hérodote en considérant d’une part la dimension littéraire de l’oeuvre en tant que telle et d’autre part la dimension documentaire de son objet, l’Égypte pharaonique. Le rapprochement du texte hérodotéen et des sources égyptiennes permet ainsi de mieux appréhender les modalités de narration et de description de l’auteur, ainsi que les choix opérés par lui dans la matière dont il dispose. Le volume accorde une large place à l’étude de la phraséologie hérodotéenne, qui trahit l’utilisation de sources égyptiennes, tout en laissant voir un remodelage du contenu et de la formulation ancré dans les spécificités de la langue et de la culture grecques.
Les contributions s’organisent autour de deux axes : d'une part, les spécificités de composition et de mise en forme du livre II et, d'autre part, les sources possibles de l’historien dans la documentation égyptienne.

Le métier de soldat dans le monde romain

Actes du cinquième congrès de Lyon (23-25 septembre 2010) rassemblés et édités par Catherine Wolff, Collection du CEROR 42, Lyon, 2012, 712 p.

Ce volume comprend 30 articles, reflets des communications données lors du cinquième congrès sur larmée romaine qui sest tenu à Lyon en septembre 2010 et qui a été loccasion daborder différents aspects du « métier de soldats » dans le monde romain du Haut-Empire et le Bas-Empire. Cest la question des sources, surtout épigraphiques et archéologiques, qui a d’abord été abordée. Vient ensuite létude du recrutement des soldats : les spécificités du recrutement des auxiliaires, le cas de lÉgypte, les recrutements extraordinaires, le statut des légionnaires. Puis cest la vie du soldat qui a été analysée : quattendait-on du soldat, quelles étaient ses tâches, comment était-il entraîné ? Sont enfin examinés les cas de certains officiers et de soldats spécialisés : quelles sont les caractéristiques dun bon général, que font les canaliculalii, qui sont les petitores ? Sans oublier le préfet de Berenike, les interprètes, les exploratores, les duplicarii et les sesquiplicarii.

Hymnes de la Grèce antique. Approches littéraires et historiques

Hymnes de la Grèce antique. Approches littéraires et historiques

Ouvrage édité par Richard Bouchon, Pascale Brillet-Dubois et Nadine Le Meur-Weissman du laboratoire HiSoMA de la MSH MOM. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux, 2012 – 408 pages ; 24 cm (Collection de la Maison de l’Orient, 50 ; Série littéraire et philosophique, 17) – ISBN 978-2-35668-031-0– 42 €

Les hymnes constituaient en Grèce antique un vaste ensemble, la plupart des cérémonies religieuses donnant lieu à des chants qui célébraient les divinités. De cette masse poétique et musicale, il ne nous reste cependant que des bribes, gravées dans la pierre des temples ou transmises par le papyrus et le manuscrit. Leur interprétation se prête tout particulièrement à un débat interdisciplinaire, car ces poèmes obéissent à des conventions formelles tout en ayant connu, pour certains, une utilisation rituelle avérée, et sont donc à la fois des objets pour les commentateurs de la poésie grecque et des sources pour les historiens des cultes. Leur étude oblige chacun à définir avec précision sa conception des champs respectifs de la littérature et de la religion, notions qui, dans le contexte du polythéisme grec, demeurent problématiques. 

Le colloque international organisé à Lyon en juin 2008 avait pour but de favoriser une telle expérience de l’interdisciplinarité en invitant des spécialistes de littérature et d’histoire religieuse à débattre du statut des hymnes de la Grèce antique et de leur rôle, à la fois dans le rite même et, plus largement, dans la construction des représentations du divin. Les articles rassemblés dans le présent volume envisagent donc la poésie hymnique dans la variété de ses formes et de ses supports – depuis les Hymnes homériques jusqu’au corpus orphique, en passant par la lyrique de Pindare et Bacchylide, les recueils alexandrins ou les inscriptions d’Épidaure – et entendent contribuer, dans leur ensemble, à instaurer un dialogue fructueux entre la poétique, la narratologie, l’épigraphie, l’histoire et l’anthropologie.

Zeugma III. Fouilles de l’habitat (2). La maison des Synaristôsai – Nouvelles inscriptions

Sous la direction de Catherine Abadie-Reynal, avec Rifat Ergeç et Jean-Baptiste Yon
Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux, 2012 – 216 pages ; 30 cm (Travaux de la Maison de l’Orient, 62 ; Série « Recherches archéologiques ») – ISBN 978-2-35668-025-9 – 35 €

Cette publication présente une des maisons mises au jour juste avant que le site de Zeugma ne soit immergé par un lac de barrage sur l’Euphrate. La maison des Synaristôsai, qui porte le nom d’une pièce perdue de Ménandre, sujet de sa mosaïque la plus élaborée, fournit un nouvel exemple de ces étonnantes maisons luxueuses aux confins de l’Empire romain. 
Ce chantier permet aussi de suivre la très progressive mise en place d’une domus et comment l’on passe en un siècle, d’une nécropole, à un habitat périurbain, puis à un habitat plus élaboré, d’abord peut-être de type grec, à péristyle, avant d’adopter une organisation plus complexe, mieux adaptée à la vie sociale de l’époque romaine. Les fouilles de cette terrasse, occupée pendant environ mille ans, fournissent également des données nouvelles sur l’évolution de l’habitat au cours de la période protobyzantine et le lent processus d’abandon du site à la fin de l’Antiquité. 
Les inscriptions réunies dans ce livre proviennent dans leur grande majorité des nécropoles de Zeugma et apportent de nouveaux témoignages sur l’onomastique régionale à l’époque romaine. Elles ont découvertes lors des prospections menées entre 1996 et 2000, pendant les travaux de la mission de Zeugma-Moyenne Vallée de l’Euphrate.

Trésors monétaires XXV

IN EXTENSO

Sylviane ESTIOT, Vincent DROST, Rodolphe NICOT
Le double trésor de Magny-Cours (Nièvre), terminus 303 de n. è.
Trésors Monétaires 25 (TM 25 - TM XXV) (Paris, 2013), p. 47-175, pl. 13-27.

Les fouilles d’une villa gallo-romaine à Magny-Cours ont livré deux trésors monétaires. Si tous deux s’achèvent autour de l’année 303, leur composition diverge sensiblement. Outre un aurelianus de nature intrusive, le premier dépôt est constitué de 496 nummi au 1/32e de livre, espèce en bronze argenté issue de la réforme de Dioclétien en 294. 

Cet ensemble présente un profil particulièrement précoce puisqu’il est formé à plus de 80% de monnaies frappées entre 294 et 297.

Le trésor 2, sensiblement plus important (832 monnaies), est un trésor mixte comptant deux espèces différentes, des aureliani mêlés de quelques antoniniens (466 ex.) et des nummi lourds au 1/32e de livre (366 ex.). Les trésors ont fait l’objet d’un démontage stratigraphique qui apporte un éclairage intéressant sur leur mode de constitution.

Ce double dépôt appartient à la catégorie assez rare des trésors enfouis sous la 1re Tétrarchie : l’occasion est donnée de réexaminer, à la lueur de ce document de 1 329 exemplaires, des questions telles que celle du fonctionnement de l’atelier de Lyon de sa réouverture à la réforme de Dioclétien, et celle des premières émissions de nummi, à Londres, dans l’« atelier continental » indéterminé, à Lyon et à Trèves.

On trouvera ici l’illustration photographique complète du trésor de Magny-Cours 2 (Nièvre) :
- Les monnaies de Magny-Cours 2. Première partie : Antoniniens et aureliani (.pdf)
- Les monnaies de Magny-Cours 2. Deuxième partie : Nummi (.pdf)

Pages

Logo CNRS    Logo université Jean Monnet  Logo ENS Lyon